Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 03:18

20110731_0262.jpg

XXII

 

L'eau était fraîche à nos chevilles. Nous nous sommes déshabillés, et avons plongé avec délice. Cherchant dans le fond ces huîtres tant prisées par ces hommes d'un autre monde. Tout à notre jeu nous ne les vîmes pas arriver. Heureusement j'avais pris soin d'attacher les chevaux à couvert, à l'écart, dans une pinède assez éloignée de la plage. Ils étaient cinq, le visage couvert d'une teinture bleue, ils avaient été devancés par une sorte de chien fou, mi renard, mi loup, très laid. Ils nous regardaient, plantés là sur la plage, forts et armés de pics. Nos rires joyeux cessèrent à l'instant. Et un frisson me parcourut l'échine. Sous la surface Amogh saisit son couteau qu'il ne quittait jamais. Nous avons nagé jusqu'à retrouver le sable sous nos pieds. Et nous sommes restés un instant, à bonne distance, immergés jusqu'au cou.

Les autres prononcèrent d'étranges borborygmes. Soit il n'avait pas de langue, soit elle n'était pas humaine.

Amogh avec une audace inouïe avança vers eux, résolu, inflexible, en chantant un curieux chant de gorge que je n'avais jamais entendu.

 

 

(A suivre)

Partager cet article

Repost 0
Published by Balthazar Forcalquier - dans RECITS
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Les archives de Sapristi Balthazar sur l'ancien blog (over-blog)
  • : Allez sur http://sapristi-balthazar.blogspot.fr/
  • Contact