Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 08:29

20110731_0047.jpg

 

 

 

 

En expirant de l'air de toutes ses joues. En expirant et en faisant siffler lugubrement ce souffle, Amogh sortit de l'eau et fonça sur la troupe. Cette audace déconcerta les hommes bleus qui reculèrent en mettant leurs mains devant leur visage et, comme Amogh, continuait d'avancer, et moi derrière lui, ils prirent peur et détalèrent en hurlant, suivis de leur chien bizarre.Sur la grève, alors que nous séchions au vent léger, je demandai à Amogh

 

_"Mais qu'as-tu fait? Comment savais-tu qu'ils fileraient comme une nichée effarouchée?" 

 

_ "C'est Eloneloa, l'autre nuit, qui m'a dit que les hommes avaient peur du souffle des autres.

 

 _"Comment cela est-il possible ?"

 

_"Je l'ignore".

 

_" Et pourquoi les femmes ne le redoutent-elles pas?"

 

_ "Je l'ignore".

 

Nous n'avions jamais vu d'aussi près des hommes. Les seuls que nous avions aperçus jusqu'alors l'avaient été de très loin, d'une vallée à l'autre. Ils allaient par petits groupes, ou comme Amogh et moi, par deux.

(A suivre)

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Balthazar Forcalquier - dans RECITS
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Les archives de Sapristi Balthazar sur l'ancien blog (over-blog)
  • : Allez sur http://sapristi-balthazar.blogspot.fr/
  • Contact