Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 avril 2013 2 30 /04 /avril /2013 02:20

20110228 4757

 

XVIII

Amogh au matin avait le sourire d'un homme heureux. Son amie était déjà partie. Et quand mon aimée fut réveillée, ses petits seins pointus émergeant de la peau de cerf qui avait été notre couche, elle chercha du regard sa compagne. Se sachant seule soudain, elle surgit nue, maigre et musculeuse. S'habilla prestement et, me lançant un baiser de la main, disparut dans les fougères hautes au moment où, du haut de la crête, l'autre, d'un long sifflement, l'appelait.

 

Avec Amogh nous reprîmes la route, apaisés et insatisfaits. Nous aurions aimé fonder une tribu. Recommencer le rite, faire de nous une civilisation d'herbe et de viande. 

 _l'as-tu seulement aimée ? Ai-je demandé à Amog?

 _Avec fougue, Absalom, avec fougue ! Et je pense avec tendresse aussi car nos lèvres aussi se sont unies. Elle me manque. Est-ce cela l'amour ?

_T'a-t-elle dit son nom ?

_Dans un souffle, elle a dit Eloneloa, mais je n'en suis pas sûr. Et toi raconte.

_Elle était osseuse, tu as vu, et elle a eu des gestes d'une tendresse si touchante... Elle a gémi et murmuré des mots inconnus. Elle ne m'a pas dit son nom, ou alors était-ce Sophia ?... Mais elle m'a mordu l'épaule. Elle était d'une beauté fulgurante. Elle me manque aussi.

 

Nous avons repris notre route cap à l'ouest. En silence. Que dire de plus qui ne soit dès lors qu'impudeur. Les hommes ne sont pas ainsi, en revanche il paraît que les filles n'ont pas comme nous cette embarras. Tiens d'où me venait cette réflexion ? J'ai cherché... impossible de me souvenir...

(A SUIVRE)

Repost 0
Published by Balthazar Forcalquier - dans RECITS
commenter cet article
29 avril 2013 1 29 /04 /avril /2013 03:09

20120901_1139.jpg

 


 

XVII

Comme je m'approchais seul, la plus maigre esquissa un sourire d'une douceur si gracieuse que je tendis la main vers elle. Elle s'avançait et plaqua sa paume sur la mienne et me regardant droit dans les yeux. Je frissonnai. Elle le sentit, et sur le bord de ses paupières coula une larme...

 

A la lueur du feu notre étreinte fut d'une puissance à secouer la terre. Je crois bien d'ailleurs qu'elle vacilla. Nous avions perdu bien des choses, mais pas le sens des caresses.

 

 


Le souffle apaisé, comme je caressais ses cheveux, je lui murmurai :

« peut-être avons-nous lancé un enfant dans l'univers ? ». Elle soupira et répondit doucement :

« plus personne. Plus personne ne fait des enfants. Nous sommes toutes stériles. Le monde retourne d'où il vient. Tu devrais savoir cela. Voilà pourquoi il faut en jouir. Nous sommes les derniers à pouvoir le faire»

_ « Mais pourquoi que s'est-il passé ? Je ne parviens pas à me souvenir, et les quelques livres que j'ai pu trouver dans les ruines, et que j'ai bien du mal à lire, n'en disent rien. Regarde... »

Je tirais de ma besace une liasse sous une couverture de papier plus épais et j'ânonnais : «  ca-ta-logue de la ma-nu-fac-ture d'armes de Saint- E---tienne ».

_« Ce livre ne dit rien ! »

_ « Je n'en sais pas plus que toi. » dit-elle en s'enroulant dans sa couverture de fourrure «  je ne sais pas... Je suis fatiguée.»

(A SUIVRE)

Repost 0
Published by Balthazar Forcalquier - dans RECITS
commenter cet article
25 avril 2013 4 25 /04 /avril /2013 03:06

 

20120201_5923.1.jpg

XVI

 

Je ne sais comment, mais j'ai su tout de suite qu'elles nous suivaient depuis plusieurs jours. Elles nous observaient de loin. En filant le long de la crête, elles nous observaient. C'est la fille maigre dont j'avais aperçu la chevelure soudain soulevée par le vent d'Ouest. Elles nous avaient devancés et s'étaient placées là, dans cet épaulement de colline. Exactement sur notre route. Comme toujours elles nous avaient choisis après plusieurs journées d'un guet attentif. Nous étions à leur goût puisqu'elles consentaient à se dévoiler enfin. Si nous avions commis un acte jugé par elles désagréable elles auraient tourné bride. Qu'aurions nous pu faire ? Je me suis posé souvent la question, nous embrasser peut-être Amogh et moi ? Cette idée seule m'amusait tant elle était extravagante. Ou alors si nous avions tué un oiseau sans le manger ? Mais cela même Amogh ne le faisait pas.

 

Ce jour-là le rôle « d'ouvreur de route » m'était dévoulu. Je mis pied à terre, et me retournant à peine je vis Amogh enfiler une encoche de flèche dans son arc.

La femme blonde dit :

 Salut hommes, n'est-il pas l'heure du bivouac ? 

 _« Il est encore tôt » dit Amogh.

 _« Justement nous aurons plus de temps » répondit-elle avec une sorte de ravissante effronterie.

 

(A suivre)

 

 

Repost 0
Published by Balthazar Forcalquier - dans RECITS
commenter cet article
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 03:18

 

20120412_8133.jpg

 

  • XV

    Nous avions ainsi appris, à force de douleurs, ce que savaient jadis les sages : notre mental est notre pire ennemi, il ne sait rien faire d'autre que créer de l'illusion. Et jamais, jamais, il ne cesse sa besogne hardie et cruelle.

    Nous savions, désormais, comment le museler.

    Nous chevauchions plein ouest. Le plateau s'inclinait tendrement vers une plaine où l'été semblait avoir encore un peu de prise. Il y avait dans le vent une sorte de caresse et de parfum inhabituels. Je me penchais pour tenter de voir d'où venait cette odeur d'asparule odorante, ou plutôt d'iris ? Non, de chévrefeuille... Non, de jasmin... Non, de tubéreuse... Mais non pas de tubéreuse ici... Alors ? Rien que d'infini et de très délicat et de très doux. Nous allions plein ouest. Là où le gel n'a jamais prise.

    Nous avions hâte de retrouver cette femelle tiédeur quand, au détour du chemin, nous les vîmes.

    Elles étaient deux, comme nous. Une fille accorte blonde et souriante, et l'autre svelte, brune et grave.

    (A Suivre)

 

Repost 0
Published by Balthazar Forcalquier - dans RECITS
commenter cet article
23 avril 2013 2 23 /04 /avril /2013 03:10

20120901_1166-1-psd.jpg


 

  • XIV

    Nous évitions les ville lointaines dans les vallées, ténébreuses,   totalement, quand le soleil déclinait. Et nous passions au large  quand, soudain, au détour d'une courbe la route débouchait sur les restes d'un village, toujours désert. Nous savions, mais comment et pourquoi, que ces zones étaient funestes. 

    Il nous était arrivé d'une façon bien curieuse de trouver, dans des tonneaux, des livres entiers figés dans la graisse d'oie. Avant nous, d'autres hommes, avaient pris soin de les cacher ainsi.

    Amogh ne savait plus lire, mais moi...si. Enfin, je lisais mais ne déchiffrais pas tout. Je savais par un canal très ancien, reconnaître les plantes.Qui étais-je avant ? Et qui était Amogh, mon ami de toujours ? Car je savais confusément, que, dans l'autre monde, nous étions déjà si proches. Si intimement liés.

    Comment savoir ce qui nous était arrivé, puisque nos mémoires défaillaient ? Nous savions seulement qu'il fallait se tenir éloigné des hommes, et que les femmes ne présentaient aucune menace. Rien de plus. Y penser était pour nous une torture si intense que nous avions pris l'habitude d'écarter d'emblée cette considération, à l'image des bêtes qui, d'instinct, flairent la fosse hérissée de pics, dans le sentier, devant elles. Elles font alors un détour. Ou demi-tour. Nous mêmes lorsque le sommeil tardait à venir et que notre imagination accomplissait sa funeste besogne, il nous arrivait – au début – de nous plonger dans cet abîme : l'autre monde, ou tout au moins ce que notre chair conservait de lui dans ses replis intimes. 

    (A Suivre)

 

Repost 0
Published by Balthazar Forcalquier - dans RECITS
commenter cet article
22 avril 2013 1 22 /04 /avril /2013 03:31

_DSC0250.jpg

 

 

XIII

En remontant à cheval il m'a semblé avoir vu là haut sur la crête une chevelure dans le vent. Mais l'impression avait été si fugace que je n'avais pas alerté Amogh. C'était peut-être la queue d'un cheval sauvage. Il y en avait dans cette vallée nous avions vu la trace de leurs sabots au long d'une grève baignée par le torrent.

 

Le monde avait changé. Nous avions parfois de fulgurants souvenirs qui nous faisaient atrocement souffrir. Alors nous allions en silence dans cette nature qui, elle ne mentait jamais. Qui n'a pas vu le vent courber les herbes ne sait rien du monde. Celui qui n'a pas pleuré dans sa profonde solitude à la caresse de la feuille, ignore tout. Mais je crois que celui-là n'existe plus.

Parfois des bribes de poème me venaient aux lèvres

« ô jour lève toi, les atomes sont en train de danser

«  Grâce à Lui, l'univers est en train de danser

«  je murmurai à ton oreille où cette danse les mène

« les atomes de l'air et du désert le savent bien, ils semblent fous

«  chaque atome, heureux ou misérable, est amoureux du soleil...dont rien ne peut être dit »

 _Ah j'ai oublié un vers «  les âmes dansent triomphant en extase ».

Amogh écoutait en silence, un peu heureux peut-être.

 _« Attends j'ai ça aussi : Et rythmes lents sous les rutilements du jour, Plus fortes que l'alcool, plus vastes que nos lyres, Fermentent les rousseurs amères de l'amour ! 

 

 

 

_ "Putain ça a de la gueule d'où tu sors ça ?"

_Aucune idée, c'est peut-être de moi *.

Depuis que nous chevauchions, nous avions croisé des ruines moussues, des constructions pourries et abandonnées. D'une infinie tristesse, mais aussi d'une folle éloquence. En ce temps des gens allaient et venaient, des femmes riaient, des hommes essuyaient leur sueur d'un mouchoir à carreaux, et des enfants cruels tiraient les nattes des gamines boudeuses.

Ce monde n'était plus.

* poèmes de Rumi et Rimbaud 

(A Suivre)

Repost 0
Published by Balthazar Forcalquier - dans RECITS
commenter cet article
18 avril 2013 4 18 /04 /avril /2013 03:53

 

20120604 9177

 

XII

Les abeilles achevaient leur labeur estival en hâte. L'automne frappait à la porte de cette vallée haute.

 _« Des abeilles, on cherche le miel ? »

Amogh arrêta son cheval, se retourna un peu en appuyant une main sur le troussequin de sa selle, l'autre sur le pommeau. Il me regarda un instant puis ouvrant un grand sourire dit :

_« Du miel ? Comment refuser ?». Il n'était pas homme à s'excuser, mais savait en un instant effacer la rancoeur accumulée.

Cette sauvegarde, je l'enviais. Moi, j'étais cruellement enfermé quand il m'arrivait d'être contrarié ou malheureux. Alors je ne trouvais pas de sortie et il me fallait déployer un effort considérable pour trouver une faille dans la prison que je m'étais moi-même construite. L'enfer c'est l'enfermement, je le savais, ô combien. Et il n'est pire de geôle que celle que vous avez vous-même bâtie. En l'édifiant, vous la pensez inexpugnable et donc inviolable. Comment, dès lors, se violer soi-même ?

Il ne nous fallut pas longtemps pour repérer la ruche construite sous l'aisselle d'un haut châtaignier brûlé une nuit d'orage. Le bois chauffé avait durci comme durcissent les pointes des lances passées à la flamme. L'arbre était mort, laissant des colonies nouvelles l'animer. Une grosse poignée d'herbes sèches enflammées et passées devant la petite ouverture affola les abeilles. Avec mon couteau j'agrandis le trou, le miel commença à couler dans mes mains. Puis j'arrachai une grosse tranche de rayons, que je lançai à Amogh. Il éperonna sa monture et fila au loin. Je le retrouvais une heure plus tard, mon visage et mes mains diformes.

_«  Ah te voilà avec une belle tête rouge, elles ne t'ont pas fait de cadeau les mouches ». Il souriait. Je me massais avec un onguent de bardane et de plantain mélangés à de la graisse de castor. Difforme je souriais. Nous avons partagé le morceau et nous nous sommes goinfrés avalant, pêle-mêle la cire et le miel, et le couvain.

Le monde était sucré ce jour-là.

(A SUIVRE LUNDI)

Repost 0
Published by Balthazar Forcalquier - dans RECITS
commenter cet article
17 avril 2013 3 17 /04 /avril /2013 03:24

20120901_1070.jpg

 

 

 

XI

 

Nous n'eûmes aucune visite cette nuit là, ni heureuse, ni inopportune.

Le matin brumeux nous escorta jusqu'à midi. Nous n'avions pas échangé un mot. Nous filions toujours plein ouest, le long d'un plateau herbeux. De grosses pierres patinées par les vents et le gel exposaient ça et là leurs rondeurs femelles. Le lichen crêpu leur faisait comme des fourrures de couleur céladon. On aurait dit que des fées énormes et impudiques dormaient là-dessous.

Des montagnes enneigées apparurent sur la gauche, elles avaient pour cortège obstiné la ronde moelleuse des busards qui paressaient dans les courants portants.

 _« Si j'étais un vautour j'aimerais faire ainsi la sieste, toutes ailes dehors. Pas toi ? »

Amogh répondit en se tordant la bouche : «  si j'étais busard je boufferais de la charogne. Toi si tu veux, mais sûrement pas moi. » Bon...La cordialité n'était pas de mise ce matin-là, je repris ma méditation sur les ondes du vent qui savent caresser l'herbe avec une sensualité extrême. 

(A SUIVRE)

Repost 0
Published by Balthazar Forcalquier - dans RECITS
commenter cet article
16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 03:18

20120901_1082.jpg

X

Je tirais de mes fontes un vieille pipe et un tabac noir. Puis une poignée de Lathyrus tuberosus, des chataîgnes de terre, qui nous feraient un excellent potage avec une potée de chénopodes blancs.

_« Rapplique Absalom! Rapplique ! » Amogh était descendu dans un ravin au creux duquel coulait un torrent glacial «  y a des écrevisses ! Rapplique, des écrevisses, c'est jour de chance ».

Nous mangeâmes ce soir-là divinement, d'autant plus qu'en remontant de ce creux profond nous croisâmes des framboisiers sauvages.

Nos bottes au bord du feu, la pipe au bec, nous restions silencieux et repus. Heureux somme toute à jouir du monde tel qu'il était. Sans mémoire l'homme est enclin au bonheur simple de la bête repue.

_« Dis, as-tu un souvenir ? »

_«  Il en est un qui me poursuit  depuis plusieurs semaines »répondit-il en baissant la voix.

_« Ah ! Parfait, raconte »... « Alors raconte ! »... «  He bien j'attends ! » comme je me tournais vers lui, je vis dans la lumière ténue des flammes qui mouraient Amogh qui pleurait. - « Pardon vieux frère, je ne voulais pas te faire du mal ».

Nous sommes restés un peu, sans dire un mot, et puis nous nous sommes faufilés dans la brèche odoriférante de notre abri, le feu fumant encore.

(A Suivre)

Repost 0
Published by Balthazar Forcalquier - dans RECITS
commenter cet article
15 avril 2013 1 15 /04 /avril /2013 03:12

 

20120901 1083

 

IX

 _« Alors feu ou pas feu ? » me demanda Amogh , «  ce sont peut-être des femmes qui sont passées dans la sente aux branches brisées. Si des hommes viennent de toute façon nous mettrons nos cagoules, et je te parie une mandibule de chevreuil qu'ils déguerpiront comme des lapins. Avec un peu de chance je pourrais en percer un avec une flèche ».

 Pourquoi en tuer un, s'ils fuient. »

_« Mais parce que je suis chasseur et toi l'homme des soupes d'orties. Tu ne peux rien savoir de cette jouissance sublime. Donner la mort avec sang froid est un privilège rare et réservé aux seigneurs. »

_« Absurde ! »

_«  Ah bon ? Tiens vois cette cétoine dorée, la sur l'églantier, écrase-là entre tes deux doigts »

_«  Mais non, regarde ces moirures si tendres, ce vernis mordoré, et la joie paisible de cet animal qui s'en va dormir sous sa feuille, comme nous dans notre gîte sous terre. »

_« C'est bien ce que je dis tu es une herbe, mais je suis le sang ».

Il s'éloigna pour aller chercher quelques brindilles et branches mortes. Il avait décidé : ce soir serait feu. Et ma foi, si quelques femmes lointaines pouvaient nous voir et nous rejoindre, je ne dirais point non. 

(A suivre)

Repost 0
Published by Balthazar Forcalquier - dans RECITS
commenter cet article

Présentation

  • : Les archives de Sapristi Balthazar sur l'ancien blog (over-blog)
  • : Allez sur http://sapristi-balthazar.blogspot.fr/
  • Contact