Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 août 2014 4 21 /08 /août /2014 04:04

Et plus vite que ça !

Avissssssssse dans une rue de Thouars
Repost 0
Published by Balthazar Forcalquier - dans ici c'est mieux qu'ailleurs
commenter cet article
18 août 2014 1 18 /08 /août /2014 04:16

Plus que du temps libre ! C'est l'éternité !

A Saint-Jean-de-Thouars
Repost 0
Published by Balthazar Forcalquier - dans ici c'est mieux qu'ailleurs
commenter cet article
11 août 2014 1 11 /08 /août /2014 04:02

Thouars : ville touristique ! Encore faut-il arriver jusqu'ici !

L'art de l'accueil y est cultivé d'étrange manière. Notre photo en témoignage : voici l'endroit où l'on peut pique-niquer. Il faut avouer cela donne envie ! Une tranchée et de gros cailloux !

C'est quand même trop bête, le dépôt de munition local a été récemment démantelé, on aurait pu ajouter une ou deux mitrailleuses et quelques chevaux de frise, cela aurait fait "plus couleur locale".

Bienvenue à Thouars
Repost 0
Published by Balthazar Forcalquier - dans ici c'est mieux qu'ailleurs
commenter cet article
7 août 2014 4 07 /08 /août /2014 04:02

J'ai sauté dans le wagon de marchandise quand le train a ralenti dans la courbe. A bord un grand noir ma tendu la main. Nous étions tous deux à bord. On a roulé longtemps. Il chantait bien. En pleine campagne le train a stoppé. Les vigiles sont venus. Ils ont pendu mon compagnon et m'ont rossé. Plus tard j'ai pris d'autres coups dans une manifestation, heureusement j'avais un manche de pioche et j'ai pu m'en servir un peu contre les flics. Je suis resté six mois en taule, j'ai appris à gratter un peu de banjo.

J'ai repris le "dur". J'ai croisé Woody qui chantait dans les usines en grève et avait posé une étiquette sur sa guitare " cette machine tue les fascistes". C'est fou ce qu'il m'a ému ce type.

J'ai ramassé des oranges, des poubelles, des fraises, des melons, des pastèques, j'ai distribué des journaux qui parlaient de la crise et de Ford, des prospectus pour des bars interlopes, des baffes aussi.

J'ai traversé bien des tempêtes de poussière.

J'ai pris cher en gros.

J'ai eu ma part.

musique de jeudi (jour de hobo)

En hommage à Woody
Un chic type


Il a commencé dans la vie avec deux ou trois pinceaux et quelques pots de peinture. S’il avait eu une carte de visite il aurait mis dessus : peintre en lettres. Une activité hautement artistique mais pas littéraire ni picturale, une sorte de défi en somme. Toute sa vie fut un défi. Il était bien normal donc qu’il la commença avec ce boulot extravagant de peintre en lettres.
Comment rendre beau un “I”, même avec un plein de rouge comme dit Rimbaud? Le “W” est bien plus conciliant, le “S” aussi, le “H” et le “G” ne font pas leurs mijaurées non plus, on peut leur donner un peu d’épaisseur, les vêtir de feuillage, les piqueter de rosettes, les peigner de longues et régulières rayures. En revanche le “O” avec sa mine de centre du monde, d’axe sidéral, et sa gueule de faux cul vous déséquilibre une enseigne entière : il n’a jamais la bonne taille, trop gros, trop maigre, trop orgueilleux, trop bleu même ( comme dit encore Rimbaud).
Woody n’était pas un type patient, mais il avait d‘autres qualités. Il haussa les épaules devant le “I” et tourna les talons devant le “O”. Il jeta ses pinceaux. Il prit une guitare. Un vieux noir lui apprit quelques accords, Woody en fut tout ravi et pensif. Ainsi commença une autre vie. Il devint chanteur.

Il avait vu les enfants d’Oklahoma aller pieds nus dans la poussière, les mères maigres et édentées à l’âge de 30 ans s’échiner à faire bouillir quelques pommes de maïs, balayer la terre battue de la cabane, torcher le 6e, gratter un bout de jardin sec comme un guignon de pain rassis, border les 5 autres dans le même lit déglingué, chanter une très vieille complainte irlandaise qui parlait de famine-de cheminée froide-de patates malades- d’un propriétaire habillé de velours épais - armé d’un fusil de chasse- et -d’une belle marquise au sourire cruelle- et d‘un foutu voyage à l‘Ouest. Il avait vu le père - trogne d’honnête chrétien et corps usé dans une vieille salopette de droguet - revenir de la banque sans une pièce de cinq cents, mais avec un papier tamponné. Un papier d’expulsion. Il avait vu le vent de poussière se lever et secouer la fenêtre et remuer sans lassitude la tôle rouillée de la toiture.

Sur les six cordes de sa guitare battues d’une manière incompréhensible il martela ses chansons dans les camps de réfugiés où les mamans assises les jambes allongées dans l’herbe grise tentaient d’endormir un 7e pris de fièvre. Il lançait ses chansons dans les wagons de marchandise peuplés de hobos hagards, clochards ferroviaires épuisés, voyageurs barbus sans ticket ni destination, trimardeurs sales sans le sou, clandestins traqués par les contrôleurs ivres et impitoyables armés de redoutables gourdins. Il lançait ses chansons dans les usines en grève au milieu des cercles en bleu de chauffe et planquait sa guitare sous un sac de charbon quand les flics chargeaient, pour aller faire le coup de poing aux côtés des ouvriers en révolte. Alors, les patrons écoutaient les valses de Vienne sur des microphones à gueule de fleurs carnivores et ne savaient rien de lui. Il lançait ses chansons pour soutenir les syndicats. Il n’avait pas un rond. Il s’en foutait. Il ne tenait pas en place. Il n’était jamais chez lui mais bien plutôt à mille kilomètres de là, et plus encore. Il a écrit plus de chansons encore que tous ces kilomètres. Bien sûr il chanta pour les deux anarchistes Sacco et Vanzetti : «  Oh Sacco, Sacco. Oh Nicolas, Nicolas.Oh Sacco, Sacco, I just want to sing your name… Hey judge Webster, I dont want to sing your name. »
Il chantait pour des maçons, des charpentiers, des fermiers, des employés de manufacture, des chauffeurs de bus, des laboureurs, des semeurs, des cureurs de fosse à purin, des couturières, des caissiers, des poseurs de rail, des défricheurs, des assécheurs de marais, des constructeurs de barrages, des moissonneurs, des forgerons, des charrons, des bouviers, des mécaniciens, des aiguilleurs, des serreurs de boulon, des dessereurs de vis, des polisseurs de cuivre, des fondeurs de cloches, des livreurs de lait, des cochers, des muletiers, des femmes qui attendait le 8e, des palefreniers, des tourneurs dans un sens et des tourneurs dans un autre, il chanta même pour des peintres en lettres. Un refrain décrivait l’unique tranche de jambon que la famille avait à se partager pour le repas : «  elle était si fine cette tranche, que même un politicien aurait pu lire le journal à travers ». Il chantait et faisait rigoler les chômeurs.

A la fin, Woody était devenu une sorte de sage hirsute et sans doute un peu fou. A moins qu’il ne fut fou depuis le temps où il peignait des lettres. Sa tignasse était si sale que ses potes avaient peur qu’un oiseau mort n’en tombe le jour où il se serait ébroué.


B.F.

Repost 0
Published by Balthazar Forcalquier - dans ici c'est mieux qu'ailleurs
commenter cet article
6 août 2014 3 06 /08 /août /2014 04:02

J'ai enfilé mon jean tuyau de poêle et chaussé mes Paraboots ( le modèle semblable à celui de Pete Seeger sur une vieille pochette de disque à fond vert). Chemise à carreaux, et duffle coat. J'ai enjambé mon vieux vélo et j'ai filé dans la ville. Ai-je jamais été aussi libre ?

Elle m'attendait avec des fleurs dans ses cheveux et sa bouche avait le goût délicat du lait.

Sur la platine, on a mis "Waves" de Kolbe et Ilenberger, un disque venu d'Allemagne avec une pochette toute noire. Nous buvions du thé et mangions de larges tartines beurrées de miel sombre.

Repost 0
Published by Balthazar Forcalquier - dans ici c'est mieux qu'ailleurs
commenter cet article
5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 04:02

Jorma Kaukonen, à écouter au bord de sa baignoire emplie d'encre bleu turquoise avec une menthe à l'eau servie dans un grand verre, un parasol enfoncé dans la bonde du lavabo, à écouter allongé sur un transat qui dépasse dans le couloir ( la salle d'eau est petite) ... le roi n'est pas mon cousin

Repost 0
Published by Balthazar Forcalquier - dans ici c'est mieux qu'ailleurs
commenter cet article
4 août 2014 1 04 /08 /août /2014 04:01

J'ai enfilé mes bottes en caoutchouc, j'ai démarré ma mob, j'ai fait le tour de ma pelouse à fond. Je me suis arrêté sous un poirier. J'ai ouvert ma bière et j'ai souri au soleil. J'ai regardé l'herbe bleue pousser.

Repost 0
Published by Balthazar Forcalquier - dans ici c'est mieux qu'ailleurs
commenter cet article
3 août 2014 7 03 /08 /août /2014 16:48

La bibliothèque libre ouverte par d'anonymes désintéressés s'est refait une beauté, ce n'était pas du luxe ! Petit meuble acheté à Emmaüs, retapé, repeint.

Le mode d'emploi est inchangé : on prend ce qu'on veut, on laisse ce qu'on veut, quand on veut, comme on veut. Personne ne juge, personne ne condamne.

On y trouve même des graines bios.

Chacun peut ou non apporter sa contribution.

Une vraie action anarchiste !

Juste en face de la fontaine Jeanne d'Arc à Thouars.

Juste en face de la fontaine Jeanne d'Arc à Thouars.

On y trouve aussi les fameux livres-libres.

On y trouve aussi les fameux livres-libres.

Et aussi des graines de fleurs ou de légumes.

Et aussi des graines de fleurs ou de légumes.

On ne fait pas plus libertaire.

On ne fait pas plus libertaire.

"comme tu vois"

Repost 0
Published by Balthazar Forcalquier - dans ici c'est mieux qu'ailleurs
commenter cet article
3 août 2014 7 03 /08 /août /2014 08:04
Dans le Courrier de l'Ouest
Repost 0
Published by Balthazar Forcalquier - dans ici c'est mieux qu'ailleurs
commenter cet article
31 juillet 2014 4 31 /07 /juillet /2014 04:07

VERSION 1 : A Saint-Jean-de-Thouars, vendredi matin, la capsule d'une fusée soviétique a "atterri" dans le Thouet. C'était un très vieux satellite des année 70, usé par l'espace au point que son immatriculation, poncée aux poussières d'étoiles, avait été effacée. Dépêchée sur place les plongeurs des sapeurs-pompiers n'ont trouvé personne à bord. Les cosmonautes ont certainement trouvé asile chez Emmaüs où ils ont été forts surpris d'apprendre que Léonid Ilitch Brejnev n'était plus de ce monde et avait tenté de les rejoindre dans le ciel.

Dans la capsule, aux équipements spartiates, les sapeurs-pompiers n'ont trouvé que des bouteilles de vodka vides.

VERSION 2 : des vandales ont poussé dans la rivière un container de tri sélectif.

Histoire vraie ?
Repost 0
Published by Balthazar Forcalquier - dans ici c'est mieux qu'ailleurs
commenter cet article

Présentation

  • : Les archives de Sapristi Balthazar sur l'ancien blog (over-blog)
  • : Allez sur http://sapristi-balthazar.blogspot.fr/
  • Contact