Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 mai 2013 3 01 /05 /mai /2013 03:09

S1010001.JPG

L'autre jour devant le château de Thouars un humble lacet à l'abandon a pris cette douce forme. Le hasard est vraiment un délicieux compagnon.

Repost 0
Published by Balthazar Forcalquier - dans Les bonnes adresses de Balthazar
commenter cet article
1 mai 2013 3 01 /05 /mai /2013 02:54

 

20120901_1085.jpg

 

XIX

Il en était toujours ainsi lorsque nous rencontrions des femmes. Nous laissions en elles des bribes de nous, des enfants futurs inaccomplis.

_« des petits que nous ne connaîtrions jamais et qui, peut-être, un jour lointain, peut-être nous perceraient de leurs lances dans une perfide embuscade. » dit Amogh en riant.

  Non pas, il n'y a plus d'enfant, c'est ce qu'elle m'a dit »

 _« Ah ??? He bien tant mieux ! »

 En tête j'avais cet air triste que je murmurais

 « Well, I see you there with a rose in your teeth

 One more thin gypsy thief

 Well, I see Jane's awake

She sends her regards »

_ "Quelle est cette langue?" interrogea Amogh

_"Aucune idée".

 

 


Le monde était devenu celui des femelles puissantes, inaccessibles à notre mal. Elles allaient par petites troupes, souvent en duo seulement. Elles aussi avaient trouvé un mode de vie libre. Elles n'allaient au contact que par furieuse nécessité. Elles ne se dévoilaient qu'après un long examen, elles ne redoutaient personne, et partaient toujours après la première nuit. Nous n'avions jamais vu de troupes mixtes. Et les rares escouades masculines observées de loin sous le couvert des frondaisons épaisses ne comptaient jamais de femmes. Nous mêmes Amogh et moi allions seuls, tous les deux. Et je me demande bien ce que nous aurions fait si une seule de ces gracieuses passantes était restée avec nous...

 

(A SUIRE)

 

Repost 0
Published by Balthazar Forcalquier - dans RECITS
commenter cet article
30 avril 2013 2 30 /04 /avril /2013 03:03

24 photographes amateurs du Photorail club de Thouars exposent 145 clichés qui sortent de l'ordinaire. 

Comme cette très belle image de Liliane Bruneau qui dégage une sérénité minérale et tendre.

 .S1000012

Ou comme celle-ci de Maryvone Delavault qui, de Madagascar, porte, sur nous, un regard différent.

S1000013.JPG

 

Jusqu' au 5 mai à la chapelle Jeanne d'Arc de Thouars (centre ville direction parking Jeanne d'Arc) tous les jours de 15 h à 19 h entrée libre


Repost 0
Published by Balthazar Forcalquier - dans Les bonnes adresses de Balthazar
commenter cet article
30 avril 2013 2 30 /04 /avril /2013 02:20

20110228 4757

 

XVIII

Amogh au matin avait le sourire d'un homme heureux. Son amie était déjà partie. Et quand mon aimée fut réveillée, ses petits seins pointus émergeant de la peau de cerf qui avait été notre couche, elle chercha du regard sa compagne. Se sachant seule soudain, elle surgit nue, maigre et musculeuse. S'habilla prestement et, me lançant un baiser de la main, disparut dans les fougères hautes au moment où, du haut de la crête, l'autre, d'un long sifflement, l'appelait.

 

Avec Amogh nous reprîmes la route, apaisés et insatisfaits. Nous aurions aimé fonder une tribu. Recommencer le rite, faire de nous une civilisation d'herbe et de viande. 

 _l'as-tu seulement aimée ? Ai-je demandé à Amog?

 _Avec fougue, Absalom, avec fougue ! Et je pense avec tendresse aussi car nos lèvres aussi se sont unies. Elle me manque. Est-ce cela l'amour ?

_T'a-t-elle dit son nom ?

_Dans un souffle, elle a dit Eloneloa, mais je n'en suis pas sûr. Et toi raconte.

_Elle était osseuse, tu as vu, et elle a eu des gestes d'une tendresse si touchante... Elle a gémi et murmuré des mots inconnus. Elle ne m'a pas dit son nom, ou alors était-ce Sophia ?... Mais elle m'a mordu l'épaule. Elle était d'une beauté fulgurante. Elle me manque aussi.

 

Nous avons repris notre route cap à l'ouest. En silence. Que dire de plus qui ne soit dès lors qu'impudeur. Les hommes ne sont pas ainsi, en revanche il paraît que les filles n'ont pas comme nous cette embarras. Tiens d'où me venait cette réflexion ? J'ai cherché... impossible de me souvenir...

(A SUIVRE)

Repost 0
Published by Balthazar Forcalquier - dans RECITS
commenter cet article
29 avril 2013 1 29 /04 /avril /2013 11:07

Je ne suis pas un fidèle des monuments aux morts, des gerbes et des clairons, en bon anarchiste je me tiens éloigné des marches militaires ; mais je vais chaque dernier samedi d'Avril à la cérémonie organisée en mémoire des déportés.

S1010008.JPG

J'y vais parce que je préfère les victimes aux bourreaux. Et parce que j'ai eu le bonheur de connaître Gérard  et Robert, deux anciens déportés de la résistance, dont le regard rieur et le bon sourire étaient pour moi un ravissement, une manière de sauvegarde absolue. Les nazis n'avaient rien obtenu d'eux. Et cette force, je peux le dire aujourd'hui encore, est restée vive en moi.

Un jour j'ai demandé à Gérard, lui qui avait vécu les lentes pendaisons du camp de Dora link :" mais pourquoi les SS bâillonnaient-ils les condamnés ?"

Alors avec un regard malicieux il m'a répondu :

"parce qu'un jour un russe s'est accroché à la corde et les a insultés. Les SS ont décidé que cela n'arriverait plus : mains liées derrière le dos et une sorte de bout de bois serré par un fil de fer en travers de la bouche"  

2012-2_LDelarbre_SSetPendus_21031945.jpg

Repost 0
Published by Balthazar Forcalquier - dans ET AUSSI...
commenter cet article
29 avril 2013 1 29 /04 /avril /2013 03:09

20120901_1139.jpg

 


 

XVII

Comme je m'approchais seul, la plus maigre esquissa un sourire d'une douceur si gracieuse que je tendis la main vers elle. Elle s'avançait et plaqua sa paume sur la mienne et me regardant droit dans les yeux. Je frissonnai. Elle le sentit, et sur le bord de ses paupières coula une larme...

 

A la lueur du feu notre étreinte fut d'une puissance à secouer la terre. Je crois bien d'ailleurs qu'elle vacilla. Nous avions perdu bien des choses, mais pas le sens des caresses.

 

 


Le souffle apaisé, comme je caressais ses cheveux, je lui murmurai :

« peut-être avons-nous lancé un enfant dans l'univers ? ». Elle soupira et répondit doucement :

« plus personne. Plus personne ne fait des enfants. Nous sommes toutes stériles. Le monde retourne d'où il vient. Tu devrais savoir cela. Voilà pourquoi il faut en jouir. Nous sommes les derniers à pouvoir le faire»

_ « Mais pourquoi que s'est-il passé ? Je ne parviens pas à me souvenir, et les quelques livres que j'ai pu trouver dans les ruines, et que j'ai bien du mal à lire, n'en disent rien. Regarde... »

Je tirais de ma besace une liasse sous une couverture de papier plus épais et j'ânonnais : «  ca-ta-logue de la ma-nu-fac-ture d'armes de Saint- E---tienne ».

_« Ce livre ne dit rien ! »

_ « Je n'en sais pas plus que toi. » dit-elle en s'enroulant dans sa couverture de fourrure «  je ne sais pas... Je suis fatiguée.»

(A SUIVRE)

Repost 0
Published by Balthazar Forcalquier - dans RECITS
commenter cet article
28 avril 2013 7 28 /04 /avril /2013 02:53

  Vous n'avez pas le temps de lire ? Balthazar est là. Il écrit pour vous des phrases romanesques qui valent des volumes entiers. Vous les lisez en moins de 30 secondes et votre imagination fait le reste.

imgres-copie-12.jpg
Un hérisson qui rêve qu'il est un oursin se réveille
sans avoir le sentiment 
de s'être vraiment reposé
(Balthazar Forcalquier)

Repost 0
Published by Balthazar Forcalquier - dans PHRASES ROMANESQUES
commenter cet article
27 avril 2013 6 27 /04 /avril /2013 03:06

j'ai été une seule fois à un dîner de con... Mais je n'ai pas trouvé l'adresse

(Balthazar Forcalquier)

Repost 0
Published by Balthazar Forcalquier
commenter cet article
26 avril 2013 5 26 /04 /avril /2013 03:14
Repost 0
Published by Balthazar Forcalquier - dans LES VIDEOS
commenter cet article
25 avril 2013 4 25 /04 /avril /2013 03:06

 

20120201_5923.1.jpg

XVI

 

Je ne sais comment, mais j'ai su tout de suite qu'elles nous suivaient depuis plusieurs jours. Elles nous observaient de loin. En filant le long de la crête, elles nous observaient. C'est la fille maigre dont j'avais aperçu la chevelure soudain soulevée par le vent d'Ouest. Elles nous avaient devancés et s'étaient placées là, dans cet épaulement de colline. Exactement sur notre route. Comme toujours elles nous avaient choisis après plusieurs journées d'un guet attentif. Nous étions à leur goût puisqu'elles consentaient à se dévoiler enfin. Si nous avions commis un acte jugé par elles désagréable elles auraient tourné bride. Qu'aurions nous pu faire ? Je me suis posé souvent la question, nous embrasser peut-être Amogh et moi ? Cette idée seule m'amusait tant elle était extravagante. Ou alors si nous avions tué un oiseau sans le manger ? Mais cela même Amogh ne le faisait pas.

 

Ce jour-là le rôle « d'ouvreur de route » m'était dévoulu. Je mis pied à terre, et me retournant à peine je vis Amogh enfiler une encoche de flèche dans son arc.

La femme blonde dit :

 Salut hommes, n'est-il pas l'heure du bivouac ? 

 _« Il est encore tôt » dit Amogh.

 _« Justement nous aurons plus de temps » répondit-elle avec une sorte de ravissante effronterie.

 

(A suivre)

 

 

Repost 0
Published by Balthazar Forcalquier - dans RECITS
commenter cet article

Présentation

  • : Les archives de Sapristi Balthazar sur l'ancien blog (over-blog)
  • : Allez sur http://sapristi-balthazar.blogspot.fr/
  • Contact