Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 novembre 2013 6 16 /11 /novembre /2013 04:15

Pour un anarchiste

rien de pire que de se gendarmer !

(Balthazar Forcalquier)

Repost 0
Published by Balthazar Forcalquier - dans L'aphorisme de la semaine
commenter cet article
15 novembre 2013 5 15 /11 /novembre /2013 04:09

 

 

Repost 0
Published by Balthazar Forcalquier - dans LES VIDEOS
commenter cet article
14 novembre 2013 4 14 /11 /novembre /2013 04:42

 

 

calibres 40

 

 

Résumé : On va bientôt s'arrêter là et au passage arrêter l'assassin, enfin... peut-être.
Le neveu de Louis Grandclerc avisa la police le soir assez tard et le commissaire fut bien étonné de lire, le lendemain, le papier fort bien documenté de Balthazar dans le Courrier de la République.
_ Ah Balt, tu nous as doublés mon fumier. Mais je ne t'en veux pas si tu paies ta tournée ce soir aux Arts et si tu m'invites ensuite au «Trait d'Union » ( le resto derrière l'églie Saint-Médard) je suis dingue de la cuisine d'Angèle et des vins de Vincent. Ah mille bordels j'aime de plus en plus cette bonne ville de Thouars.
Ce qui fut fait, en effet, en fait. Balthazar paya l'apéro, les repas, et même les fameux rhums de la maison ( il y en avait 5, et Vincent offrit le sublime dernier alcool). Belle soirée, Jérôme le commissaire accepta même de trinquer à la mémoire de Carlota. Il avait bien changé ce Jérôme, et en bien. Un phénomène bien connu à Thouars.

_Tu ne sais pas la dernière Balthazou ? dit le commissaire avant de savourer son sublime verre de poire de chez Cazotte, j'ai pris rendez-vous chez Karantec pour me faire soigner les dents.

_ Alors ça ! Ça c'est courageux !
L'analyse attentive des douilles retrouvées dans la cache fournit la dernière clef de l'ultime mystère. L'une d'elle révéla qu'elle contenait fort peu de poudre. Charles Grosbois qui, on s'en souvient, était membre d'un club de tir, était non seulement une fine gachette, mais il connaissait également les dosages de poudre. Il avait préparé une cartouche allégée qui ne lui fit qu'une blessure supportable. Un sondage de la rivière à l'aplomb du jardin permit de retrouver sous 30 cm de vase le petit boîtier télécommandé en plastique qui avait servi à déclencher les tirs à distance.
Un mandat d'arrêt fut lancé contre Charles Grosbois. Mais en vain. Charles avait changé de vie. Il s'appelait désormais Si Mohamed El Brahim, il était devenu intégriste musulman. La dernière fois qu'on l'avait vu, c'était en Afghanistan dans un groupe se réclamant d'al quaida.
En Thouarsais les licenciements allaient toujours bon train, même si le tarfic ferroviaire allait bientôt s'interrompre ; et les manifs des cheminots n'y changeraient rien.
_ Entre nous, elle nous manque cette Carla, dit au journaliste le chef de gare en tête du énième défilé
_ Pas qu'à vous, pas qu'à vous, répondit Balthazar soudain mélancolique.
                                           FIN

 



Repost 0
Published by Balthazar Forcalquier - dans LE FEUILLETON
commenter cet article
13 novembre 2013 3 13 /11 /novembre /2013 11:36

 Nicolas Reau a mis en terre trois amphores. La pose de ces cocons géants et fragiles a donné lieu à une sorte de cérémonie païenne, belle et cosmique, c'est en tout cas ainsi qu'on a voulu la voir.

Dans ces creusets obscurs et minéraux des mystères immenses s'agitent, des miracles sont caressés, des émotions sont en gestation.
 

 

Repost 0
13 novembre 2013 3 13 /11 /novembre /2013 08:05

 

 

calibres 19

Chères lectrices, chers lecteurs.

Notre histoire "Calibres" s'achève demain.

De temps en temps,

les jours grisés, quand le labeur pèse et que dehors le racisme remonte des égouts, alors ayez une petite pensée pour Carlota.

Lundi je vous dirai la troublante expérience vécue quand l'imaginaire est face au réel.

Repost 0
Published by Balthazar Forcalquier - dans LE FEUILLETON
commenter cet article
13 novembre 2013 3 13 /11 /novembre /2013 04:42

 

calibres 39

 

 

Résumé :Le brouillard se lève un peu sur la nuit mais quand même il pleut encore. Si l'on peut dire. Ce qui ne veut d'ailleurs pas dire grand chose. Logique : tout est mystérieux dans cette histoire.
La vue du salon était bucolique et gracieuse, une grande baie vitrée ouvrait sur le Thouet, la rivière qui baigne Thouars autant que le Duhomard baigne le gosier des Thouarsais. Jamais à sec. En face, le château et l'orangerie de Marguerite d'Ecosse devenu collège public sous une municipalité de gauche, était beau comme la Renaissance.
_ D'ici on voit bien le feu d'artifice du 14 juillet, dit le neveu.
_ Ah ? Mais vous devez être envahi par les badauds ?
_ Ben oui, mais c'est le 14 juillet, pas de privilège ce jour-là.
_ Ah c'est beau ce que vous dites.
_ Excusez moi d'interrompre cette aimable discussion mais il nous reste deux ou trois choses à éclaircir. Pourquoi quatre douilles dans le fond du caisson où se trouve la carabine ? Pourquoi une blessure relativement légère compte-tenu du calibre de l'arme ?
_ Ben oui pourquoi ?
_ Hé bien parce qu'il a d'abord fallu que Charles Grosbois soit parfaitement positionné pour recevoir sa propre balle dans l'épaule où il savait que la blessure ne serait pas gravissime. C'était audacieux mais cela valait bien un coquet héritage. Pour cela il s'est mis à quelques pas du canon, à l'oeil il a estimé la trajectoire, il a présenté une feuille de papier clouée à un manche posé au sol ou tout autre repère du même genre. Premier coup, trop haut ou trop bas, voilà une deuxième douille – après celle d'Angeline – dans le trou. Nouvel essai. Troisième douille. L'impact est parfait. Il se met à la place de la cible et reçoit la quatrième balle qui fournit le quatrième étui. Juste avant, pour chaque tir, la carabine est restée en position. Avant le quatrième et dernier Charles Grosbois a armé le ressort pour que le fusil disparaisse dans sa cache et fasse tomber sur lui le couvercle de tôle avec son propre recul. Il s'est mis à la bonne place, a déclenché la télécommande, a reçu l'impact, la carabine a disparu. Sur place personne n'a fait attention à cette plaque de tôle sur un chantier ordinaire. Il ne restait plus qu'attendre le passage des bulldozers pour recouvrir la pièce à conviction. Les engins avaient certainement été commandés pour le lendemain. Le secret était bien caché sous une bonne couche de terre.
_ Sapristi ! Mais c'est bien sûr !
_ Vous avez une idée ?
_ Non, mais je souviens à présent que Charles Grosbois sur son lit d'hôpital s'inquiétait de savoir justement si le terrassement avait été fait. ( note de l'auteur qui est bien placé pour le savoir : c'est vrai, il suffit d'aller voir l'épisode 24, Charles Grosbois a dit : « nous faisons construire une maison sur le coteau, en face du château de Thouars. Le terrassement devait s'effectuer dans la semaine et nous sommes allés voir le chantier. D'ailleurs savez-vous si les bulldozers ont pu niveler le sol ? » ) 
_ Cette question m'a semblé déplacée à l'époque, mais je comprends l'intérêt de Grosbois. Il avait bien manigancé son affaire et seul ce détail pouvait nuire à son scénario. Ah la fripouille. Reste un mystère : comment la moitié de son épaule n'a pas été arrachée par l'impact d'un arme si puissante.

 

_ J'ai bien une idée, mais je pense que pour cela la police sera plus efficace. Charles Grosbois était habile, n'était-il pas membre d'un club de tir ?
A SUIVRE...
Repost 0
Published by Balthazar Forcalquier - dans LE FEUILLETON
commenter cet article
12 novembre 2013 2 12 /11 /novembre /2013 04:34

 

calibres 38

 

Résumé : quoi qui gnia derrière la maison des Grosbois ? Y a un trou. Et quoi qui gnia dans l'trou ? Y a une foutue surprise et la solution d'une énigme. Ah ça fait du bien quand même parce que c'était ennuyeux de clore bientôt cette histoire sans faire le ménage dans tous les coins. Et du ménage il reste à en faire.
Balthazar tendit la main comme pour imposer le silence et pour mettre son idée dans le bon sens.
_ Attendez, attendez... Voilà la scène qui s'est déroulée ici voici plusieurs années. Le chantier de la future maison est commencé, le terrassement en cours. Depuis quelques temps Carlota flingue les patrons à tout va. Charles Grosbois vient ici avec sa femme voir comment avancent les travaux. Charles Grosbois a mis en place son diabolique scénario. Il laisse sa femme prendre de l'avance, il ouvre le coffre de sa voiture, fait exploser la tête d'Angeline qui salit la terre tout autour, la force de la détonation fait entrer la deuxième cartouche toute seule dans le canon de l'arme, c'est le principe semi-automatique. Charles récupère la première douille pour ne pas laisser de trace. Il fait vite, il ouvre cette cache qu'il a bricolé quelques jours avant. Il y jette la douille. Il fixe la carabine Chapuis sur son châssis. Il s'éloigne un peu, se met dans l'axe du canon et déclenche la télécommande. Il est touché à l'épaule. Jette la télécommande dans les buissons du coteau, elle roule et tombe dans la rivière toute proche. Alors, il reste à attendre les secours. C'est donc lui et non Carlota qui a tiré. Hum... reste une inconnue, comment un balle de calibre 300 Winchester magnum qui fait voler une tête en éclats ne fait qu'une blessure au second tir. Et comment pouvait-il être sûr de ne pas être touché à la tête ? Et aussi pourquoi quatre douilles si deux coups seulement ont été tirés ? Le brouillard se lève un peu sur la nuit mais quand même il pleut encore.
_ J'admire la métaphore. Vos questions je me les suis posées aussi, elles vont trouver bien vite une réponse, mais justement il commence à pleuvoir, allons poursuivre cette passionnante conversation. Mon neveu n'avez-vous pas parlé d'un verre de Duhomard.
_ Si fait mon oncle, si fait, il est juste frais.
_ En effet !

 

_ Revenons en aux faits.
A SUIVRE ...
Repost 0
Published by Balthazar Forcalquier - dans LE FEUILLETON
commenter cet article
11 novembre 2013 1 11 /11 /novembre /2013 04:42

 

 

calibres 37

 

 

Résumé : Ah ben ça alors !
Là dans le fond de la fosse, sous une plaque de tôle ondulée, là même où voici quelques années Angeline Grosbois avait été abattue et son mari Charles blessé d'une balle dans l'épaule, ici même le neveu de Louis Grandclerc venait de mettre au jour une cache.
C'était un trou maçonné d'environ 1m50 sur 2. A l'intérireur une carabine rouillée. Elle était vissée à un mécanisme, une sorte de berceau équipé d'un ressort et relié par une coulisse au couvercle de tôle. Un petit boîtier équipé d'une petite antenne et d'un déclencheur était fixé sur la détente. C'était très bizarre. Dans le fond : quatre douilles vides.
_ Mais qu'est-ce que c'est que ce truc ? Demanda Balthazar.
_ Un mécanisme très ingénieux . Regardez comme cela fonctionne dit Louis Grandclerc en désignant le montage. Avec une petite télécommande on actionne la gachette, le coup part, le recul de l'arme fait basculer le mécanisme. Le fusil disparaît dans le trou et le couvercle se referme automatiquement. Ni vu, ni connu. Il a fallu que mon neveu désire une cave pour faire toute la lumière sur une ténébreuse affaire.
_ Sapriiiiistiiiii ! Mais qui a pu installer une machine ?
_ Ah cher Balthazar j'ai bien un idée. Observez l'arme, c'est une carabine Chapuis, dite « challenger ». Les douilles sont de calibre 300 Winchester magnum.
_ Heuuuu...
_ Ah votre mémoire est défaillante, rappelez-vous, c'est l'arme et le calibre qui a tué net Angeline Grosbois.
_ Et blessé son mari.
_ Justement, blessé seulement, vous comprenez ?
_ Heuuuuu...
_ Mais c'est limpide pourtant. Je vous ai connu plus affûté.
_ Les apéros sûrement ! plaida Balthazar qui vit émerger du fond de son crâne une petite lueur. L'idée fit sa place dans la cervelle un peu épaisse, puis s'ouvrit comme une fleur de tubéreuse, tardive mais si séduisante. Elle avait le suave parfum de la vérité.
Louis Grandclerc vit la bouche du journaliste s'arrondir
_ hoooooooo !

 

_ Ah vous comprenez mon ami !
A SUIVRE...
Repost 0
Published by Balthazar Forcalquier - dans LE FEUILLETON
commenter cet article
10 novembre 2013 7 10 /11 /novembre /2013 04:53

  Vous n'avez pas le temps de lire ? Balthazar est là. Il écrit pour vous des phrases romanesques qui valent des volumes entiers. Vous les lisez en moins de 30 secondes et votre imagination fait le reste.

chasse-id877.jpg

Comme il était toujours bredouille, de guerre lasse, le chasseur se suicida et devint, dès lors, sa première proie, son premier trophée.

(Balthazar Forcalquier)

Repost 0
Published by Balthazar Forcalquier - dans PHRASES ROMANESQUES
commenter cet article
9 novembre 2013 6 09 /11 /novembre /2013 04:38

mieux vaut un paradis artificiel

qu'un authentique enfer

(Balthazar Forcalquier)

Repost 0
Published by Balthazar Forcalquier - dans L'aphorisme de la semaine
commenter cet article

Présentation

  • : Les archives de Sapristi Balthazar sur l'ancien blog (over-blog)
  • : Allez sur http://sapristi-balthazar.blogspot.fr/
  • Contact