Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mars 2012 6 24 /03 /mars /2012 05:52

 

 

 

 

 

 

Thouars. Évènement d'importance planétaire. Salon des vins,  vendredi 30, samedi 31 mars et dimanche 1er avril. Orangerie du Château. Trois jours bénis pour aller rencontrer plus d'une centaine de vignerons, et goûter entre 3 et 1.000 cuvées. Chaque vigneron vient avec trois cuvées au moins, parfois cinq, six et même plus.

Soyons Gaulois !

Liberté totale. Espace de joie.  On goûte à sa guise et à sa mesure. On s'intéresse aux cépages, aux techniques de vinification. On ne dit jamais que le vin est mauvais, personne n'a le palais parfait ! On peut cracher sans froisser. Le vin est plus qu'une culture, plus qu'un art, c'est un mystère.

 

Au si loin qu'on remonte, la vigne est née sur les hauts plateaux d'Iran. Nous parlons là d'une authentique production avec son commerce. Cela date du VIIe millénaire  avant notre ère... Un sacré millésime! L'Iran, puis l'Egypte et la Grèce furent peu à peu conquis par ce breuvage fermenté et grisant. Puis vint le tour de Rome d'y succomber, puis le Thouarsais y sacrifa enfin.

Quel goût avait ce jus de la vigne? Impossible à dire. On a bien retrouvé des amphores intactes dans des épaves, mais l'eau de mer avait pénétré à l'intérieur et cela ne datait pas d'hier.

 

alcooloculture

 

Prenons la Gaule il y a 2072 ans. Bon, pas de salon des vins à Thouars à l'époque, mais, déjà, une quantité astronomique de vin était bue!

On estime que des centaines de millions d'amphores ont été vidées ici en Gaule. Des centaines de millions d'amphores englouties dans les gosiers gaillards  ! Pas par des enfants de choeur!

Car les romains, les Grecs aimaient certes le vin, mais coupé d'eau. A l'opposé de ces délicats palais, le Gaulois buvait le vin pur. Pourtant la cuvée était épaisse ,sirupeuse, alcoolisée, pas filtrée ( on retrouve dans des fonds d'amphore des pépins de raisin et parfois même des grains entiers).

Ah le fier Gaulois que voilà ! Il picolait sec le bonhomme. Mon frère.

 

L'eau était certainement réservée pour se laver ou faire la tambouille.

 

Pas bête, le Gaulois qui dépensait des fortunes pour trinquer ( l'écrivain grec Diodore raconte qu'une amphore valait un esclave) a décidé de cultiver sa vigne lui-même après la conquête romaine. Le Gaulois apprend vite quand il est motivé. Il fit de belles et bonnes vendanges. Il but d'avantage et de plus en plus joyeusement : il sabrait l'amphore. D'un bon coup de glaive il faisait sauter le col en terre et se désaltérait avec bonheur. On retrouve beaucoup de ces cols décapités avec le bouchon encore en place.


Alors quand, dans quelques jours, vous irez au salon des vins, trinquez au moins un fois à nos vaillants ancêtres. Et par Cernunnos, dieu de l'abondance, goûtez, savourez, jouissez!

 

Ne pas manquer d'aller saluer tous les vignerons Thouarsais et aussi un grand diable de Bourgueil, Laurent Herlin dont les bouteilles sont des déesses. Et faites aussi une halte au stand du Duhomard qui, parait-il, va voir grand cette année! Allez-y de la part de Balthazar!

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Balthazar Forcalquier - dans Les bonnes adresses de Balthazar
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Les archives de Sapristi Balthazar sur l'ancien blog (over-blog)
  • : Allez sur http://sapristi-balthazar.blogspot.fr/
  • Contact