Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mars 2012 3 21 /03 /mars /2012 05:32

 

saletemsp-25.jpg

 

Résumé : Benito, este numele de câine de doamnă Michacul. Câine frumos.  On ne peut mieux dire!

 

 

 

 

 

 

 

 

La date de l’élection approchait. Et il neigeait encore. Balthazar qui n’était pas superstitieux, parce que cela porte malheur, commençait à se demander si la météo n’annonçait pas une aire de glaciation. Avec  Charles-Henry Hichlag dans le fauteuil de maire, il n’allait pas faire beau souvent pour les rêveurs. Et les anars seraient voués au goulag.

Dans la chapelle du château les intégristes enchaînaient les messes et priaient dur pour la victoire de ce bon chrétien qu’était Charles-Henry Hichlag. Lequel, très habilement, passait de la messe « Vatican II » à la messe en latin : un coup il voyait le curé de face, un coup de dos. Et cela dans la même matinée du dimanche. Comme les ouailles des uns ne fréquentaient pas les ouailles des autres, et qu’ils se vouaient mutuellement à l’enfer, il était peinard. Personne ne connaissait ce jésuitisme de haut niveau, sauf Balthazar qui était tombé sur lui, coup sur coup, à la sortie des deux offices religieux.

 

a.JPG

Balthazar irait bien à la messe à la condition de pouvoir discuter l'évangile avec le curé après l'homélie. Mais il paraît que c'est impossible... alors!


Quoi ? Vous pensez que Balthazar allait aussi à la messe ??? Nooooon ! La première fois il sortait du bistro qui se trouve en face de l’église Saint-Médard ( Vatican II), puis il sortit du « Pied de Biche » ( un bistro privé) en face de la chapelle du château. Il n’avait pas bu du vin de messe, mais il avait bu du vin quand même.

Charles-Henry Hichlag s’était approché  de lui, un peu emmerdé quand même.

_ Ah ! Monsieur Forcalquier ! J’espère que vous saurez rester discret. Mes convictions religieuses ne regardent que moi.

_ Rassurez-vous.  Je vais m’autocensurer. Même si vous étiez zoophile je n’en parlerais pas. Etes-vous zoophile ?

_ Vous sentez le vin.

_ C’est une meilleure odeur que la pourriture.

_ Vous me le paierez un jour !

_ Viens si t’es un homme !

_ Je ne me battrais pas avec vous à quelques semaines des élections. Le piège est grossier.

_ Couille-molle !Bleu bitte ! Pékin ! Balthazar qui dans, sa jeunesse, avait été parachutiste chez les coloniaux ne faisait pas toujours dans la finesse, il faut bien le dire. Mais c’est là-bas qu’il avait appris à boire et, pour cela, il vouait une tendresse incongrue pour les bérets rouges. Surtout ceux qui ont une ancre en plus de l’aile... Je me comprends.

A SUIVRE ...

Partager cet article

Repost 0
Published by Balthazar Forcalquier - dans LE FEUILLETON
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Les archives de Sapristi Balthazar sur l'ancien blog (over-blog)
  • : Allez sur http://sapristi-balthazar.blogspot.fr/
  • Contact