Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 04:04

DSCF0424.JPG

 

 

 

 

J'étais dimanche à la cérémonie dédiée aux déportés. C'était émouvant, le soleil est arrivé un instant, puis il a plu quand une jeune fille a lu un poème de Lily Unden déportée à Ravensbrück :

" Je sais pourtant que nous étions à deux

Pour tirer le rouleau qui écraisait les cendres

(...)

"Quand il faisait si froid, quand, glissant sur la pente

Nous poussions à deux un si lourd wagonnet".

Il a plu encore quand Jean Ferrat à chanté "Nuit et Brouillard"

"Vous étiez vingt et cent, vous étiez des milliers
Nus et maigres, tremblants, dans ces wagons plombés
Qui déchiriez la nuit de vos ongles battants
Vous étiez des milliers, vous étiez vingt et cent".

 

C'est bête, mais - je vous le dis - cela avait du sens

Comme cela avait du sens quand le maire, citant Primo Levi a dit que des vents mauvais se levaient encore.

 

Un vieil homme, a déposé une gerbe, il n 'a jamais plié le genou que devant ses camarades disparus, et aujourdh'ui il a bien du mal à se pencher. Il est temps que la mairie installe des petits supports à mi-hauteur destinés à accueillir les gerbes, pour soulager les genoux des hommes dignes. " Il y a deux ans qu'on les demande" m'a dit la fille d'un Résistant.

Partager cet article

Repost 0
Published by Balthazar Forcalquier - dans En vrac
commenter cet article

commentaires

Hub79 01/05/2012 09:59

Se souvenir et agir quand tout est harmonie : discours de ceux (ou leurs proches)qui ont vécu l'innommable, poèsie lue par les lycéens, citations retenues par les élus, paroles et musiques
d'accompagement, temps qu'il fait. Ce devoir de mémoire ne peut et ne doit laisser aucun jeune sur le bord du chemin; sans quoi il pourrait un jour facilement se perdre en ne résistant pas aux
tentations.

Karantec 01/05/2012 08:18

Merci pour cette chanson de Jean Ferrat, chaque fois que je l'entends j'ai la chair de poule. Moi qui ne suis pas "cérémonie" du souvenir, je vais ,chaque fois que je peux, à cette évocation de la
déportation. N'oublions jamais ce que des hommes ont pu faire à d'autres, coupables seulement d'une origine différente! (regardez ce soir à la télé sur la chaîne LCP 13 à 19h30 le reportage sur le
camp de Montreuil Bellay).

Présentation

  • : Les archives de Sapristi Balthazar sur l'ancien blog (over-blog)
  • : Allez sur http://sapristi-balthazar.blogspot.fr/
  • Contact