Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mai 2013 3 15 /05 /mai /2013 03:23
20120901_1166.jpg

 

 

 

 

 

Au long des heures froides, moi, ce qui me manquait c'était mon livre de la manufacture de Saint-Etienne.

 

Nous partions au matin chasser et il fallait rentrer tôt car la nuit était précoce en cette saison. Les plateaux alourdis de neige étaient comme de douloureux miroirs sous le soleil de midi.

 

Dans des omoplates de rat nous avons taillé des fentes et nous avons ajusté à nos yeux ces fines meurtrières qui filtraient l'insupportable lumière. Avec des tendons de chevreuil, nous avons tressé des raquettes pour ne plus nous enfoncer jusqu'aux cuisses  dans la neige fine. D'une certaine façon cette vie était bonne à vivre car la viande était abondante. La chasse aisée. Le gibier avait faim et nos pièges étaient rarement vides, et la trace des grands animaux était bien visible sur les étendues désertes du plateau.

 

Nous parlions fort peu. Nous n'échangions que d'utiles paroles, souvent à voix basse car la chasse nous habitait toute entière.

Nous jouissions du monde qui, à part le sang de nos proies, étaient d'une sérénité absolue. Et même le sang sur la neige composait de gracieuses harmonies. Tout était éperdument beau !

 

(A Suivre)

Partager cet article

Repost 0
Published by Balthazar Forcalquier - dans RECITS
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Les archives de Sapristi Balthazar sur l'ancien blog (over-blog)
  • : Allez sur http://sapristi-balthazar.blogspot.fr/
  • Contact