Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mai 2013 4 02 /05 /mai /2013 03:14

 

_DSC0462.jpg

 

XX

 

 

Nous progressions désormais sur une plaine hachée de bosquets. La montagne était derrière nous, et nous apercevions au loin sa couronne de nuages. Le chemin était mouillé. Les sabots des chevaux y laissaient de vastes trous immédiatement inondés.

J'ignore pourquoi nous avions choisi ce cap. Il fallait bien en choisir un, n'est-ce pas. Et puis les neiges de l'Est ne nous manquaient pas. Certes l'hiver approchait, mais nous n'en sentions pas encore la morsure, comme si notre marche repoussait le vent glacial dans ces gorges abruptes qui font de grosses entailles dans les montagnes, et où l'air hurle atrocement. Et c'est un fait que l'ouest était doux. Il levait en face de nous des brises d'une tièdeur de femme. Et des parfums, de quoi ?_« Sens-tu cette haleine Amogh ? »_

 «  Oui Absalom... C'est comment dire ? »

 _« Sexuel ? »

 _« Non... Enfin pas seulement, c'est puissant. »

 _« Attends, attends... Peut-être est-ce … la mer ? »

_« La quoi ? »

_«  Je ne sais pas, je me souviens peut-être, ce parfum n'est-il pas celui des marées ? De la vie qui va et vient? De la source même ? De l'ivresse des étoiles ? Une odeur nécessaire ô combien ? Peut-être une odeur de bouillon?  Peut-être une odeur de sueur mouillée? Ou une odeur familière mais inconnue? Une odeur de famille pour un orphelin ? Une odeur de moi ? Une odeur de la maison ?»

_ " Maison ? Quelle maison ?"

 

(A SUIVRE) 

Partager cet article

Repost 0
Published by Balthazar Forcalquier - dans RECITS
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Les archives de Sapristi Balthazar sur l'ancien blog (over-blog)
  • : Allez sur http://sapristi-balthazar.blogspot.fr/
  • Contact