Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 avril 2013 2 30 /04 /avril /2013 02:20

20110228 4757

 

XVIII

Amogh au matin avait le sourire d'un homme heureux. Son amie était déjà partie. Et quand mon aimée fut réveillée, ses petits seins pointus émergeant de la peau de cerf qui avait été notre couche, elle chercha du regard sa compagne. Se sachant seule soudain, elle surgit nue, maigre et musculeuse. S'habilla prestement et, me lançant un baiser de la main, disparut dans les fougères hautes au moment où, du haut de la crête, l'autre, d'un long sifflement, l'appelait.

 

Avec Amogh nous reprîmes la route, apaisés et insatisfaits. Nous aurions aimé fonder une tribu. Recommencer le rite, faire de nous une civilisation d'herbe et de viande. 

 _l'as-tu seulement aimée ? Ai-je demandé à Amog?

 _Avec fougue, Absalom, avec fougue ! Et je pense avec tendresse aussi car nos lèvres aussi se sont unies. Elle me manque. Est-ce cela l'amour ?

_T'a-t-elle dit son nom ?

_Dans un souffle, elle a dit Eloneloa, mais je n'en suis pas sûr. Et toi raconte.

_Elle était osseuse, tu as vu, et elle a eu des gestes d'une tendresse si touchante... Elle a gémi et murmuré des mots inconnus. Elle ne m'a pas dit son nom, ou alors était-ce Sophia ?... Mais elle m'a mordu l'épaule. Elle était d'une beauté fulgurante. Elle me manque aussi.

 

Nous avons repris notre route cap à l'ouest. En silence. Que dire de plus qui ne soit dès lors qu'impudeur. Les hommes ne sont pas ainsi, en revanche il paraît que les filles n'ont pas comme nous cette embarras. Tiens d'où me venait cette réflexion ? J'ai cherché... impossible de me souvenir...

(A SUIVRE)

Partager cet article

Repost 0
Published by Balthazar Forcalquier - dans RECITS
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Les archives de Sapristi Balthazar sur l'ancien blog (over-blog)
  • : Allez sur http://sapristi-balthazar.blogspot.fr/
  • Contact