Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 avril 2013 4 18 /04 /avril /2013 03:53

 

20120604 9177

 

XII

Les abeilles achevaient leur labeur estival en hâte. L'automne frappait à la porte de cette vallée haute.

 _« Des abeilles, on cherche le miel ? »

Amogh arrêta son cheval, se retourna un peu en appuyant une main sur le troussequin de sa selle, l'autre sur le pommeau. Il me regarda un instant puis ouvrant un grand sourire dit :

_« Du miel ? Comment refuser ?». Il n'était pas homme à s'excuser, mais savait en un instant effacer la rancoeur accumulée.

Cette sauvegarde, je l'enviais. Moi, j'étais cruellement enfermé quand il m'arrivait d'être contrarié ou malheureux. Alors je ne trouvais pas de sortie et il me fallait déployer un effort considérable pour trouver une faille dans la prison que je m'étais moi-même construite. L'enfer c'est l'enfermement, je le savais, ô combien. Et il n'est pire de geôle que celle que vous avez vous-même bâtie. En l'édifiant, vous la pensez inexpugnable et donc inviolable. Comment, dès lors, se violer soi-même ?

Il ne nous fallut pas longtemps pour repérer la ruche construite sous l'aisselle d'un haut châtaignier brûlé une nuit d'orage. Le bois chauffé avait durci comme durcissent les pointes des lances passées à la flamme. L'arbre était mort, laissant des colonies nouvelles l'animer. Une grosse poignée d'herbes sèches enflammées et passées devant la petite ouverture affola les abeilles. Avec mon couteau j'agrandis le trou, le miel commença à couler dans mes mains. Puis j'arrachai une grosse tranche de rayons, que je lançai à Amogh. Il éperonna sa monture et fila au loin. Je le retrouvais une heure plus tard, mon visage et mes mains diformes.

_«  Ah te voilà avec une belle tête rouge, elles ne t'ont pas fait de cadeau les mouches ». Il souriait. Je me massais avec un onguent de bardane et de plantain mélangés à de la graisse de castor. Difforme je souriais. Nous avons partagé le morceau et nous nous sommes goinfrés avalant, pêle-mêle la cire et le miel, et le couvain.

Le monde était sucré ce jour-là.

(A SUIVRE LUNDI)

Partager cet article

Repost 0
Published by Balthazar Forcalquier - dans RECITS
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Les archives de Sapristi Balthazar sur l'ancien blog (over-blog)
  • : Allez sur http://sapristi-balthazar.blogspot.fr/
  • Contact