Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 03:18

20120901_1082.jpg

X

Je tirais de mes fontes un vieille pipe et un tabac noir. Puis une poignée de Lathyrus tuberosus, des chataîgnes de terre, qui nous feraient un excellent potage avec une potée de chénopodes blancs.

_« Rapplique Absalom! Rapplique ! » Amogh était descendu dans un ravin au creux duquel coulait un torrent glacial «  y a des écrevisses ! Rapplique, des écrevisses, c'est jour de chance ».

Nous mangeâmes ce soir-là divinement, d'autant plus qu'en remontant de ce creux profond nous croisâmes des framboisiers sauvages.

Nos bottes au bord du feu, la pipe au bec, nous restions silencieux et repus. Heureux somme toute à jouir du monde tel qu'il était. Sans mémoire l'homme est enclin au bonheur simple de la bête repue.

_« Dis, as-tu un souvenir ? »

_«  Il en est un qui me poursuit  depuis plusieurs semaines »répondit-il en baissant la voix.

_« Ah ! Parfait, raconte »... « Alors raconte ! »... «  He bien j'attends ! » comme je me tournais vers lui, je vis dans la lumière ténue des flammes qui mouraient Amogh qui pleurait. - « Pardon vieux frère, je ne voulais pas te faire du mal ».

Nous sommes restés un peu, sans dire un mot, et puis nous nous sommes faufilés dans la brèche odoriférante de notre abri, le feu fumant encore.

(A Suivre)

Partager cet article

Repost 0
Published by Balthazar Forcalquier - dans RECITS
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Les archives de Sapristi Balthazar sur l'ancien blog (over-blog)
  • : Allez sur http://sapristi-balthazar.blogspot.fr/
  • Contact