Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 février 2013 3 27 /02 /février /2013 04:54

La cornemuse vétilleuse

Le souffle passe en tempête dans un “buffoir” ou “porte-vent” qu’on tète hardiment, sauf qu’on n’avale pas la substance de vie, au contraire, on expulse la matière première de la musique en gestation. Au passage de la pression, un clapet de cuir s’efface. Ensuite, il obstrue le trou lorsque, par un mouvement mécanique naturel, la dépression reflue. L’opercule de cuir fait alors un petit bruit très rassurant, comme celui de la valve dans une gorge trachéotomisée : « plop !» . Il signifie que tout fonctionne à merveille.

url-copie-1.jpg


 L’air s’accumule dans l’obscurité empuantie de la poche glissée sous l’aisselle. Il y fait généralement un climat équatorial, chaud et humide ; et sans doute quelques végétaux exotiques y prospèrent, peut-être des mousses fétides ou des lichens souffreteux car bien sûr la lumière y manque. L’autopsie d’une poche doit être, j’imagine, une épreuve considérable. L’haleine infecte se mélange aux vapeurs de colle de pied de bœuf, miel et autres substances secrètes dont le cuir de la poche a été enduit pour assurer l’étanchéité, à l’image de ces bouées antiques faites dans des peaux de chèvre entière dont les moignons ont été ligaturés ( il existe des poches de cornemuse semblables, énormes, d’une violence inouïe parce qu’elles recyclent sans pudeur un cadavre qu’on n’a même pas pris la peine de dissimuler. Quel autre instrument de musique ose semblable audace? Je connais même un pays où une vache entière est devenue cornemuse, sans doute à son corps défendant).

url-copie-2

 

Si la cornemuse a été abandonnée longtemps sans son air ( vicié), sa peau se dessèche, se racornit, se durcit comme un vieux testicule géant momifié. Son contact, alors, n’est alors toujours pas agréable. 

 

A Suivre...

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Balthazar Forcalquier - dans RECITS
commenter cet article

commentaires

Balthazar Forcalquier 27/02/2013 09:34

Eh oui, jolie idée, que celle des exhalaisons de la cornemuse. Et celle des Ottomans : le haschich ?
Balthazar

Anatole le pingouin 27/02/2013 09:14

Combien de cornemuseux, écossais, irlandais, gallois, bretons, thouarsais et même anglais... sont-ils tombé au champ d'honneur dans les batailles épiques du passé... As-t-on déterminé leur origine
en autopsiant leur instrument (qui se conserve tout de même plus longtemps que le cadavre). As-t-on établi que la poche écossaise sent le vieux whisky, la poche irlandaise la bière éventée, la
poche galloise l'air vicie car les religieux de ce pays l'on mis à l'eau, la poche thouarsaise le vin d'Anjou et la poche anglaise le thé voire le gin si le légiste a de la chance.

Neunoeil 27/02/2013 06:17

Et si on rajoute l'haleine du musicien après quelques verres ..... Au moins ,quand je joue de la clarinette, l'air expiré ne stagne pas dans l'ébène .....

Présentation

  • : Les archives de Sapristi Balthazar sur l'ancien blog (over-blog)
  • : Allez sur http://sapristi-balthazar.blogspot.fr/
  • Contact