Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 septembre 2013 4 12 /09 /septembre /2013 04:41

calibres 4

 

 

 

 

Résumé : il y a du sang dans les tomates, ce n'est pas facile, au premier coup d'oeil, de faire la différence. Dans les courgettes c'est plus aisé quand même.

 

Le corps affaissé dans les primeurs, les hurlements, et Balthazar à deux pas, qui, d'instinct se releva et vit - l'espace d'une courte éternité - l'éclair d'un reflet là-haut sur le toit de l'Excelsior le café-bal qui bordait la place et dans lequel parfois Sergio, déjà un peu chauve, mais l'oeil toujours malicieux jouait de la batterie dans un petit orchestre de jazz. 

Balthazar connaissait le type qui venait de se prendre une belle balle bien usinée et chemisée de cuivre, dans la tête. La température de la cervelle s'était soudain élevée. La victime était morte dans la stupeur.

Il était en train de marchander la salade ! Il était en train de marchander la salade répétait le maraîcher comme pour se disculper. J'y suis pour rien, il la voulait pour 30 centimes. Ce n'est pas un prix quand même. Je me suis un peu énervé c'est vrai, mais j'y suis pour rien."

"Sapristi ! se dit in petto Balthazar mais c'est...C'est Michel Crapute! "

Michel Crapute était le patron d'un boîte sans syndicat, la RIGOMEX, qui fabriquait des petits ressorts. L'activité était florissante. Michel Crapute roulait en Porsche Cheyenne et avait sa carte de membre bienfaiteur au golf. Balthazar le connaissait peu, mais il l'avait croisé voici quelques jours ; et de curieuse manière. Les conditions de travail à la RIGOMEX étaient infernales, le personnel travaillait dans une poussière atroce, sans protection, car les évacuateurs étaient toujours en panne. Un intérimaire qui n'aurait jamais dû venir là, alla se plaindre au contremaître, et fut dehors dans l'heure qui suivit. Et dans l'heure qui suivait il était devant Balthazar : "faut faire un article ! c'est le moyen-âge là-dedans!".

 

La RIGOMEX ? Balthazar avait déjà entendu ce nom au fil d'une assemblée générale de patrons, mais il n'en savait guère plus. C'est alors que les ennuis commencèrent.

 

A SUIVRE

Partager cet article

Repost 0
Published by Balthazar Forcalquier - dans LE FEUILLETON
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Les archives de Sapristi Balthazar sur l'ancien blog (over-blog)
  • : Allez sur http://sapristi-balthazar.blogspot.fr/
  • Contact