Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 novembre 2013 2 12 /11 /novembre /2013 04:34

 

calibres 38

 

Résumé : quoi qui gnia derrière la maison des Grosbois ? Y a un trou. Et quoi qui gnia dans l'trou ? Y a une foutue surprise et la solution d'une énigme. Ah ça fait du bien quand même parce que c'était ennuyeux de clore bientôt cette histoire sans faire le ménage dans tous les coins. Et du ménage il reste à en faire.
Balthazar tendit la main comme pour imposer le silence et pour mettre son idée dans le bon sens.
_ Attendez, attendez... Voilà la scène qui s'est déroulée ici voici plusieurs années. Le chantier de la future maison est commencé, le terrassement en cours. Depuis quelques temps Carlota flingue les patrons à tout va. Charles Grosbois vient ici avec sa femme voir comment avancent les travaux. Charles Grosbois a mis en place son diabolique scénario. Il laisse sa femme prendre de l'avance, il ouvre le coffre de sa voiture, fait exploser la tête d'Angeline qui salit la terre tout autour, la force de la détonation fait entrer la deuxième cartouche toute seule dans le canon de l'arme, c'est le principe semi-automatique. Charles récupère la première douille pour ne pas laisser de trace. Il fait vite, il ouvre cette cache qu'il a bricolé quelques jours avant. Il y jette la douille. Il fixe la carabine Chapuis sur son châssis. Il s'éloigne un peu, se met dans l'axe du canon et déclenche la télécommande. Il est touché à l'épaule. Jette la télécommande dans les buissons du coteau, elle roule et tombe dans la rivière toute proche. Alors, il reste à attendre les secours. C'est donc lui et non Carlota qui a tiré. Hum... reste une inconnue, comment un balle de calibre 300 Winchester magnum qui fait voler une tête en éclats ne fait qu'une blessure au second tir. Et comment pouvait-il être sûr de ne pas être touché à la tête ? Et aussi pourquoi quatre douilles si deux coups seulement ont été tirés ? Le brouillard se lève un peu sur la nuit mais quand même il pleut encore.
_ J'admire la métaphore. Vos questions je me les suis posées aussi, elles vont trouver bien vite une réponse, mais justement il commence à pleuvoir, allons poursuivre cette passionnante conversation. Mon neveu n'avez-vous pas parlé d'un verre de Duhomard.
_ Si fait mon oncle, si fait, il est juste frais.
_ En effet !

 

_ Revenons en aux faits.
A SUIVRE ...

Partager cet article

Repost 0
Published by Balthazar Forcalquier - dans LE FEUILLETON
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Les archives de Sapristi Balthazar sur l'ancien blog (over-blog)
  • : Allez sur http://sapristi-balthazar.blogspot.fr/
  • Contact