Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 octobre 2013 2 29 /10 /octobre /2013 04:23

calibres-30-OK.jpg

 

 

Résumé : c'est une brave vieille dame qui dénonce Carlota, sans savoir qu'elle vient naïvement de signer la fin d'une carrière assez brève mais marquante tout de même.
Ensuite on devine et on sait : usage d'un mégaphone, injonction à se rendre, premier tir essuyé, riposte. Re tir, re riposte, et le concert de poudre qui s'enchaîna interrompu par de longs silences.
Le préfet venait d'arriver et se faisait expliquer la situation dans la salle d'attente. Il se frottait les mains. Il voulut faire une déclaration à la presse et débita des banalités dans le genre « force reste toujours à la loi ». Le journaliste du Monde Libertaire murmura dans sa barbe «  mort aux vaches, mort aux lois, vive l'anarchie ».
Les heures passèrent. Quelques tirs sporadiques déchiraient le silence. Cette dernière phrase est assez bête mais il paraît que dans les romans policiers il faut la placer. Moi je ne voulais pas, mais c'est l'éditeur qui vient de la placer en loucedé.
Bon je profite qu'il ait le dos tourné pour la supprimer :
Les heures passèrent...
Comme les policiers parvenaient à s'approcher on entendit des rafales.
_ Merde une Kalachnikov, c'est la dernière chance du traqué... avec deux ou trois grenades. C'est l'arme des fous. Glapit le commissaire. Envoyez les gaz ! Envoyez les gaz ! Et les grenades assourissantes ! Les grenades aussi !
Pas de bol pour les flics, les commandos archi pointus avaient, dans leur précipitation, oublié la mallette aux lacrymogènes et aux grenades assourdissantes. Il fallut dépêcher d'urgence un CRS à moto : Niort aller et retour.
Le psychologue avait rangé son mégaphone depuis un bon moment. Son appel à la raison avait eu pour seule réponse de Carlota : «  le pouvoir ne doit pas être conquis, il doit être détruit ».
Le commissaire se tourna vers Balthazar qui lui répondit :
_ elle cite Bakounine.
En attendant les heures passèrent.
Le préfet furieux attendait le retour du motard.

 

Encore une rafale, puis plus rien. Et soudain ...
A SUIVRE...

Partager cet article

Repost 0
Published by Balthazar Forcalquier - dans LE FEUILLETON
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Les archives de Sapristi Balthazar sur l'ancien blog (over-blog)
  • : Allez sur http://sapristi-balthazar.blogspot.fr/
  • Contact