Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 02:50

calibres 22

Résumé :ça commence à puer si les services secrets rappliquent la démocratie va dérouiller. C'est bien connu.
Balthazar passa par le « Brin de Lecture », une belle librairie. Rares sont les villes de la taille de Thouars qui possèdent une librairie et des libraires dignes de ce nom. Il y trouva sans peine le petit livre conseillé par Carlota, entre un copieux rayon consacré à la guerre d'Espagne et une abondante documentation sur la Commune de Paris.
Chez lui, face à une bouteille de Mezcal ( le goût de l'exotisme suscité par ce joli nom de Carlota), Balthazar entama sa lecture : « Les gnostiques » par Jacques Lacarrière.
L'auteur y raconte avec érudition ce courant de pensée mystique florissant au IVe siècle qui fut réduit en cendres par l'église catholique. Les hommes, les femmes et les textes, tous partirent dans la fumée des bûchers.
Pour faire simple, les gnostiques estimaient que le monde est une chose fabriquée par un démiurge nommé Ialdabaôth. Rien qu'à prononcer son nom, on voit qu'il n'est pas d'ici. Il a loupé son œuvre ce faux dieu. Voilà qui explique que le monde aille si mal. Il y a bien un autre dieu doux et beau, mais il est inaccessible, il ou plutôt elle, s'appelle Barbelo et habite le Plérôme. Au XIIIe siècle un mystique Rhénan, appelé Maître Eckhart, avait trouvé un beau nom pour ce vrai dieu : « la Vacuité Féconde ».
_ D'accoooooord, c'est pointu quand même murmura Balthazar en entamant un bouteille de vieux Rhum offert par son pote Alain l'Antillais.
Les gnostiques considérant que ce monde est sans intérêt et même funeste, il ne convient pas d'appliquer ses règles. En ce sens les gnostiques sont anarchistes. Ils cherchent l'harmonie hors des lois.
En sirotant son alcool des Caraïbes, Balthazar se sentait soudain tout gnostique. Il chercha un chapitre sur « gnose et alcool » mais ne trouva rien.
En tout cas voilà qui expliquait les motivations de Carlota. Cette fille semblait un peu allumée, mais dans le fond, elle n'avait pas tort. Balthazar en était là de ses riches pensées quand le téléphona sonna. C'était Lucien Birdat (le neveu de Josiane Birdat la quincaillière de la rue Saint-Médard), président du Rotary Club il était aussi directeur de l'abattoir local spécialisé dans la viande halal, abattoir qui venait tout juste de se faire racheter par des Saoudiens en mal d'investissement.
Lucien Birdat pleurait :
_ Allô Balthazar Forcalquier ? Ho là là je suis dans la mouise. Il faut m'aider monsieur, il faut m'aider, vous seul pouvez me tirer d'affaire.

 

Sortir un patron d'un mauvais pas, de surcroît président du Rotary, la chose était encore inédite pour Balthazar.
A SUIVRE

Partager cet article

Repost 0
Published by Balthazar Forcalquier - dans LE FEUILLETON
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Les archives de Sapristi Balthazar sur l'ancien blog (over-blog)
  • : Allez sur http://sapristi-balthazar.blogspot.fr/
  • Contact