Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 octobre 2013 4 03 /10 /octobre /2013 03:20

 

calibres 16

 


 

Résumé: Bon... c'est expéditif de flinguer du patron, mais ça marche.
Le commissaire, beau joueur, donna à Balthazar quelques détails techniques sur l'exécution devant l'église Saint-Médard.
Le tireur s'était placé en face du beau portail roman, au dernier étage de la maison des artistes (cela ne s'invente pas). Ces combles correspondaient aux maisons voisines, et il était facile de s'échapper par l'une des trois ou quatre cages d'escaliers qui desservaient les immeubles mitoyens.
L'arme utilisée était cette fois-ci une22 long rifle. Une petite carabine et pourtant l’une des plus précises sur des distances ne dépassant pas les 300 mètres. Cette petite munition a la particularité d’avoir un  tracé très tendu, sans «  flèche »  c'est-à-dire sans retombée trop rapide.  De calibre 5,5, la balle de plomb avait été légèrement chemisée de manière à la rendre plus  ferme. En dépit de sa vitesse tout de même modeste (340 mètres seconde) la balle, à l’arrivée, faisait un petit trou d’aiguille bien propre... redoutable s’il est bien placé. En plein front par exemple.
Les enquêteurs supposaient qu'il s'agissait d'une 22 LR Savage mono coup solidement construite, en matériau composite de couleur gris anthracite, avec une culasse standard, très classique, et un poids de la détente qui pouvait être réglé comme sur les « grandes carabines ».
La police passa au peigne fin les clubs de tir circonvoisins, enquêta chez les chasseurs et les militaires. Bref tous ces gens qui sentent la poudre de près ou de loin.
Les ventes du « Courrier de la République » montaient en flèche. Le directeur départemental libérait chaque jour une page à Balthazar, à charge pour lui de la remplir «  sans tomber dans les divagations anarchistes ! » précisa le chef. Les colonnes étaient faciles à remplir, comme on dit dans le métier : l'actualité avait ces jours-ci du talent.
Evidemment l'affaire commençait à faire un peu de bruit. Deux patrons abattus, cela intéresse, forcément. La télé en parla, les médias nationaux envoyèrent quelques enquêteurs qui vinrent, fort civilement, saluer leur confrère Balthazar. Deux d'entre eux furent mieux accueillis, celui du « Monde Libertaire » et celui de « Siné Mensuel », un type barbu et une fille... barbue aussi. Bien qu'ils fussent camarades, Balthazar ne leur livra pas tous ses secrets, d'autant plus que Carlota avait répondu à son appel par une brève missive sortie tout droit d'une imprimante et certainement manipulée avec des gants de caoutchouc :
« prouvez moi que je peux vous faire condiance . »
Comment entrer en contact avec Carlota Machete ? Balthazar cherchait en vain la solution. Elle lui fut apportée sur un plateau et de bien curieuse façon.
A SUIVRE...

Partager cet article

Repost 0
Published by Balthazar Forcalquier - dans LE FEUILLETON
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Les archives de Sapristi Balthazar sur l'ancien blog (over-blog)
  • : Allez sur http://sapristi-balthazar.blogspot.fr/
  • Contact