Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 octobre 2013 2 01 /10 /octobre /2013 03:16

 

calibres 14

 

 

Résumé: comme celui de l'épisode précédent, mais en mieux !
Au courrier du matin, une enveloppe banale, avec l'adresse de la rédaction imprimée sur une vignette autocollante avec la mention «  personnelle ». Dedans l'enveloppe cette missive
« Monsieur
je suis navrée de lire sous votre plume une aussi tiède nécrologie de Michel Crapute. Soit vous êtes incompétent, soit vous êtes vendu au capital. Michel Crapute était une crapule. Renseignez-vous. C'est pour cela qu'il a payé sa dette. 
Signé : Carlota Machete ».
Évidemment Balthazar en fut tout retourné, et pas seulement parce qu'il avait un sacrée gueule de bois, vu qu'il avait arrosé avec son ami le dentiste la bonne info sur le poil de chien et le Remington 700 qui avait eu raison d'un salaud. Que Carlota puisse le croire ami des petits et grands chefs le rendait triste et furieux
Il ne pipa mot à personne de cette lettre. Mais il décida d'entrer secrètement en contact avec cette Carlota. Pour cela il disposait du journal. Il suffisait qu'il publie quelques phrases qu'elle - et elle seulement - saurait décoder. Dans l'édition du lendemain, dans la masse des articles, une brève banale passa inaperçue. Une brève qui n'avait pas de réalité concrètre si ce n'est qu'elle était adressée seulement à sa mystérieuse correspondante.
Une retraite bien méritée
Michel Makhno souhaite s'expliquer à la fin d'une longue carrière probe. Certains lui reprocheront son incompétence et d'autres ses compromissions mais il part dignement et aimerait bien s'expliquer avec ceux qui ont osé ainsi le vilipender, c'est le message qu'il nous demande de publier, ce que nous faisons bien volontiers, etc, etc.
Carlota comprendrait que ce Michel Makhno imaginaire était Balthazar et qu'il voulait s'expliquer auprès d'elle. Mais cet appel resta sans effet... dans l'immédiat.
La semaine passa, Michel Crapute occupait les pages comme il n'avait jamais osé l'imaginer de son vivant, dommage pour lui qu'il ne puisse en profiter : mot du député en hommage à Michel Crapute, témoignages de sympathie en mémoire de Michel Crapute, communiqués du syndicat des patrons et de diverses associations soit-disant philosophiques (autant dire franc-maçonnes)... Le jour des obsèques arriva enfin. Il y avait foule sur le parvis de l'église Saint-Médard. Franc-maçon et catho, Crapute était opportuniste. Tous les patrons étaient là, et les contremaîtres aussi. Lorsque le cercueil sortit de l'église une foule recueillie regarda passer le cercueil couvert de fleurs. Balthazar était là aussi... bien obligé, son chef avait réservé une page entière.

 

Une page entière pour un con pareil... Remarquez, tout compte fait, il avait bien fait parce qu'une détonation claqua soudain dans le silence mortel et que la page fut, en définitive, facilement remplie.
A SUIVRE...

Partager cet article

Repost 0
Published by Balthazar Forcalquier - dans LE FEUILLETON
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Les archives de Sapristi Balthazar sur l'ancien blog (over-blog)
  • : Allez sur http://sapristi-balthazar.blogspot.fr/
  • Contact