Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 septembre 2013 4 26 /09 /septembre /2013 03:07

calibres 12

 

 

 

Résumé : 11 h 30 rendez-vous pour boire un coup au café des arts, cela vous tente ?


Le commissaire et l'inspecteur arrivèrent à 11 h 30 précises, confirmation faite par le coup de cloche de Saint-Médard et trois secondes plus tard par celui de Saint-Laon, deux églises voisines à Thouars qui se font concurrence depuis toujours. Mais comme Saint-Médard a une tête d'avance (c'est ici que sont célébrées les obsèques, autant dire qu'on y va souvent), elle sonne un poil avant. Où vont se nicher les petites mesquineries, fussent-elles catholiques ?

Jérôme de la Ravinière portait beau. De stature fine, même un peu maigre, il portait sur le visage les stigmates d'une fin de race, la lippe un peu pendante , un léger strabisme, et des dents en mauvais état. Il parlait « rupin » comme on dit au bar des cheminots.

_ Jouons franc jeu voulez-vous Monsieur Balthazar Forcalquier. J'ai consulté votre longue fiche des RG ( Renseignements Généraux) je sais à peu près tout de vous.

_ Ah oui ? Et qu'est-ce que je bois d'habitude ?

_ Heu... Laissez moi me souvenir. J'ignore ce que c'est... mais c'est du Duhomard.

_ Ah Sophie, tu as entendu m'sieur le commissaire paie sa tournée de Duhomard gueula Balthazar dans cet estaminet gracieux aux boiseries polies par plus d'un siècle et demi de lassitude alcoolisée.

Le commissaire amusé sourit et découvrit une rangée de dents pourries. Bizarrement il n'avait pas mauvaise haleine. Plus tard Balthazar éclaircit ce mystère : le commissaire suçait des pastilles de menthe forte.

_ Donc voici ce que je vous propose. L'affaire est grave, votre article en témoigne. Accordons-nous. Faisons... comment dire... partie commune. Je vous donne des informations directement ou bien par le biais de l'inspecteur Legrandu. Je crois d'ailleurs qu'il a commencé cette besogne sans mon accord, mais c'est déjà oublié. En échange vous me faites profiter de vos connaissances dans le milieu anarchiste.

_ Cher monsieur, vous avez peut-être de bonnes manières mais vous salissez la moquette. Vous laissez des miettes. Je ne mange pas de ce pain. Les flics chez eux, les journaleux ailleurs, c'est ma loi. Il ne peut pas y avoir d'autre accord. Vous me dites ce que vous voulez bien, et moi pareil. On peut négocier sur cette base. Mais pas plus, sinon il y a toujours un gogo et je m'en voudrais que ce fut vous. Comme dit Sun Tzu : « Tout l'art de la guerre est basée sur la duperie." 

_ Sun Tzu, général chinois, VI e siècle avec JC.

_ Vous avez gagné le super banco, et c'est moi qui paie la deuxième tournée.

_ Seconde tournée cher Balthazar, seconde, si vous me permettez cette familiarité car, il n'y en aura pas de troisième. Je dois me tenir, en dépit des attraits de ce Duhomard, ma foi fort savoureux.

Il est « prout-prout », un poil pédant et coincé du cul, mais on en fera quelque chose pensa Balthazar en trinquant : « marché conclu et cochon qui s'en dédit ! »

_ Ce sera comme vous dites. « Tout chrétien sans héroïsme est un porc », Léon Bloy.

Il cite Léon Bloy pensa Balthazar, nous ne serons jamais amis, tout au plus liés.

 

_ En signe de bonne volonté voici ce qu'affirme le médecin légiste et les experts de la police scientifique, dit le commissaire, vous allez voir c'est intéressant.

A SUIVRE...

Partager cet article

Repost 0
Published by Balthazar Forcalquier - dans LE FEUILLETON
commenter cet article

commentaires

Balthazar Forcalquier 26/09/2013 12:05

Merci Cher Anatole de ces précisions érudites. Trinquons donc dès que possible.
Balthazar

Anatole le pingouin 26/09/2013 11:43

Non seulement le commissaire cite Léon Bloy, mais de plus Balthaear a raté l'occasion de le renvoyer à son dictionnaire préféré, je cite "Seconde tournée cher Balthazar, seconde, ... car, il n'y en
aura pas de troisième." Second vient du latin secundus (suivant) et n'est donc pas un ordinal, c'est pourquoi on le préfère quand il n'y a pas de troisième, mais ce n'est qu'un "usage" on peut très
bien compter "l'as le second le tiers le quart ou comme les escrimeurs, leurs gardes : prime seconde tierce quarte... Donc la seconde tournée n'exclut en rien la tierce... Heureusement sinon ou
pourrait mourir de soif !

Présentation

  • : Les archives de Sapristi Balthazar sur l'ancien blog (over-blog)
  • : Allez sur http://sapristi-balthazar.blogspot.fr/
  • Contact