Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mai 2014 3 28 /05 /mai /2014 04:09

"Après Bonnot la dynamite ne tenta plus les jeunes qui voulaient absolument changer la société, mais à condition d'avoir une chance de succès.

"La bande à Bonnot était-elle anar ? Oui et non. La cause a parfois bon dos. Toujours est-il que la mort de Bonnot acheva l’épopée sanglante.

"En France l'anarchie reste vivante, mais confidentielle, la fédération est active mais tourne un peu en rond et ne parle qu'aux convaincus. Les communistes et les trotskistes ont été plus habiles à mener leurs combats. Mais nous autres anarchistes ne les envions pas. Nous ne participons pas aux élections, nous ne voulons pas le pouvoir qui nous dégoûte. Dès lors nous sommes voués aux coulisses. Nous acceptons cela de bon cœur. Mais nous faisons toujours terriblement peur à l'Etat.

"Il existe des groupes qui animent des bibliothèques, des cantines populaires, qui mènent mille et une petites actions, sans bruit.

"Mais il est tard et nous avons fini de boire. Rentrez chez vous Balthazar. Un jour peut-être je vous raconterai la grande et effroyable aventure des anarchistes espagnols. Savez-vous que ce sont eux qui entrèrent les premiers dans Paris en août 1944 ? "

http://www.rfi.fr/culture/20110912-nueve-liberation-espagnols-paris-1944/

Ici s'achève cette série.Elle a puisé dans plusieurs livres sur l'histoire de l'anarchie française, et notamment dans " sous les plis du drapeau noir" de Raymond Manevy et Philipe Diole.

Voici ce qui rassemble les anarchistes

Les anarchistes luttent pour une société libre, sans classe ni État, ayant comme buts premiers :
• L’égalité sociale, économique de tous les individus.
• La possession collective ou individuelle des moyens de production et de distribution, excluant toute possibilité pour certains de vivre en exploitant le travail des autres.
• L’égalité dès la naissance des moyens de développement, c’est-à-dire d’éducation et d’instruction dans tous les domaines de la science, de l’industrie et des arts. L’organisation sociale sur les bases de la libre fédération des producteurs et des consommateurs, faite et modifiable selon la volonté de leurs composants.
• La libre union des individus selon leurs convenances et leurs affinités.
• Le droit absolu pour tout individu d’exprimer ses opinions.
• L’abolition du salariat, de toutes les institutions étatiques et formes d’oppression qui permettent et maintiennent l’exploitation de l’Homme par l’Homme, ce qui implique la lutte contre le sexisme et les dominations de genre, contre le patriotisme et le racisme, contre les religions et les mysticismes même s’ils se cachent sous le manteau de la science, et pour la fraternisation de tous les groupes humains et l’abolition des frontières. C’est la société entière que nous voulons reconstruire sur une base de respect et d’entraide, non pour un individu, une classe ou un parti, mais pour tous les individus ; la question sociale ne pouvant être résolue définitivement et réellement qu’à l’échelle mondiale.

http://www.monde-libertaire.fr/

Anarchie ? Ah oui (19)

Partager cet article

Repost 0
Published by Balthazar Forcalquier - dans RECITS
commenter cet article

commentaires

lucas 30/05/2014 08:20

Amis anarchistes, bien le bonjour,

Ce qui suit risque de vous mettre en colère pour la journée. C'est une conférence de Michel Onfray qui porte sur l'anarchisme et dont des extraits sont diffusés sur le site du théâtre du Rond-point, 22 petits épisodes au total :

http://www.ventscontraires.net/article.cfm/6533_michel_onfray__l_etat_est-il_mauvais_en_soi_.html

Tous les arguments d'Onfray ne sont pas forcément pertinents, certaines attaquent sont un peu faciles, mais l'ensemble est tout de même instructif.

En substance, ça commence ainsi :

"Il faut aller au-delà des dogmes, c'est-à-dire, aujourd'hui si vous lisez le Monde Libertaire ou que vous écoutez Radio Libertaire, vous avez un certain nombre de dogmes, ça fait parti du catéchisme et je pense qu'un anarchiste ne respecte pas les dogmes, ne respecte pas les catéchismes, y compris le catéchisme anarchiste. Il faut être libre et ne pas se soumettre à la vérité de la doctrine - ça me paraît très religieux cette aventure, l'idée qu'il y aurait des vérités révélées, des paroles d'évangile anarchistes et que la vérité serait dans la bibliothèque anarchiste. Non la vérité est dans l'esprit anarchiste, et c'est cet esprit qu'il nous faut saisir et capter aujourd'hui."

"Secouons l'historiographie qui fige depuis bien longtemps l'histoire de l'anarchisme dans une série de clichés méritant dépassement. La chronologie, les grands noms, les œuvres, les faits et gestes, les anecdotes, les postures héroïques, tout cela sent bon le catéchisme à l'usage des militants - qui, d'ailleurs, en usent bien souvent en cléricaux et sans modération.
William Godwin en père fondateur? Cela reste à démontrer... Proudhon, l'inventeur? Sa pensée va bien au-delà, mais aussi bien en deçà, car elle n'économise pas une série de contradictions majeurs avec l'esprit libertaire : misogynie, antisémitisme, bellicisme, déisme un temps... Stirner? Vraiment? Lui dont L'Unique et sa propriété fut le bréviaire de Mussolini? Et sans qu'on puisse, le texte en main, crier à l'erreur d'interprétation. Bakounine antimarxiste? Sur la forme, et des querelles de personnes - dominer l'espace politique du moment - pas tant sur le fond. Par ailleurs, quels liens existent entre les assassinats de Ravachol et les douces communautés pédagogiques de Sébastien Faure? La constellation anarchiste nécessite un fil rouge...
Là encore il s'agit de penser de manière dialectique en prenant des leçons de l'histoire et en réajustant la théorie à la lumière de la pratique : les conclusions de Kropotkine valent pour la Russie tsariste des chandelles de suif, certes, mais pas forcément pour l'Europe postmoderne du numérique. Aujourd'hui, les militants libertaires considèrent bien trop souvent le corpus anarchiste comme un chrétien celui des Pères de l'Eglise : vénération, respect, égard de petits garçons à l'endroit du grand-père. A la lettre, ils demandent aux lumières des bougies du XIXe siècle pour éclairer notre époque."

Balthazar 30/05/2014 16:22

Voilààààààà

lucas 30/05/2014 11:13

Oui, effectivement. Au-delà des défauts de Onfray (un côté un peu "moi j'ai tout compris et je viens vous faire la leçon" ou quelques argumentations partielles ou tordues), il y a des choses intéressantes.

Cependant et on le voit très bien sur les vidéos, Onfray est un homme qui n'est pas digne de confiance et pour cause : il boit de l'eau !

Balthazar 30/05/2014 11:01

ceci étant ce qu'il dit du "Monde Libertaire" n'est pas totalement faux !

lucas 30/05/2014 09:17

T'as bien raison, l'église suppose Dieu, la spiritualité suppose le divin, les confondre est gênant.

Balthazar 30/05/2014 09:06

Je lui ai écrit ...et pas écris !!!!!

Balthazar 30/05/2014 09:03

On peut connaître son histoire, c'est même indispensable, à mon avis, sans verser dans l'adoration des temps anciens. Par exemple j'aime bien Rabelais, mais je ne compte pas sur lui pour éclairer mon présent. Onfray est le type même du sophiste.
J'ai lu son traité de l'athéisme, je lui ai écris pour qu'il me rembourse, il ne m'a jamais répondu. La raison(!) il y confondait spiritualité et église ! Enorme confusion !

NON capitaine 28/05/2014 14:41

très intéressant ce dialogue, il est sans doute plus facile de subir la "vie sociale" avec les codes d'aujourd'hui (le vécu de chacun laisse des traces indélébiles) que de "rêver" à ce que pourrait être ce monde dessiné par les "vrais" anarchistes. lorsque chaque individu aura oublié son "nombril" peut être que le rêve ne tournera pas au cauchemar (je conçois Mr Lucas que cela n'est pas pour demain) Salut à toi Balthazar

lucas 29/05/2014 11:00

Oh oui, oublier son "nombril". Mais j'avoue n'avoir jamais réussi à me faire à l'idée que cette conception des choses était innée, ou naturelle chez l'homme, c'est au contraire quelque chose qui, à mes yeux, se cultive. ça rappelle ce que Balthazar dit de Jésus (qui est effectivement un rebelle qui n'a pas pris une ride) : prenant en compte que nous sommes des "animaux sociaux", il prônait l'idée qu'on ne se réalise qu'à travers l'autre (ou le "prochain" dans le jargon chrétien), ce qui éclate complètement la notion individualiste de l'individu. Bon, il se trouve qu'il faisait passer "l'amour du prochain" par le truchement de "l'amour de Dieu", mais ce Dieu n'est en rien nécessaire pour établir cette relation entre les hommes.

Balthazar 28/05/2014 12:38

Cher monsieur je le répète il faut vous départir des vieilles idées, nous n'avons pas besoin de chef ni de gens qui édictent des règles. Nous ferons naturellement, comme nous respirons. Il n'y a pas de système, pas de parti, pas de consigne, et les interdits tombent d'eux-mêmes puisqu'ils supposent des convoitises. "Le pauvre" disait Sénèque" n'est pas celui qui a peu c'est celui qui n'a jamais assez". Or le contraire du capitalisme c'est cela : c'est la fin d'une course folle à "l'amassement". Si vous ne faites pas confiance en vos semblables, alors effectivement vous ne pouvez pas encore saisir le bouleversement que cela suppose. Alors certes il y aura des crimes, mais ils relèveront de la médecine et non du profit. Je n'ai jamais eu envie de tuer quelqu'un !

lucas 29/05/2014 10:36

Permettez-moi tout de même d'enfoncer le clou et de vous faire réagir à vos propres incohérences. Vous citez Sénèque : "Le pauvre n'est pas celui qui a peu c'est celui qui n'a jamais assez". Très bien, mais n'est-ce pas déjà là un maître à penser, édictant une règle de morale. Vous évoquez ensuite la "médecine", ne faut-il pas un médecin pour poser un diagnostic (en l'occurrence les anarchistes) et administrer un traitement (en l'occurrence les anarchistes) ?

Je conçois tout à fait en vous lisant qu'il n'y aurait pas en anarchie de lois au sens politique du terme. Mais avouez qu'il y aurait des lois morales à respecter. Quant à dire que ces lois morales s'imposeraient par elles-mêmes parce qu'elles seraient "naturelles". Euh... c'est encore à ma connaissance une théorie (mythe du bon sauvage, Rousseau etc.) et non une vérité. Mais peut-être prenez-vous vos théories pour des vérités ? Je ne vous en voudrais pas, c'est le défaut reconnu de tous les militants, des astrologues aussi.

Balthazar 28/05/2014 09:34

et aussi
https://www.youtube.com/watch?v=eIkpFxO14kc

lucas 29/05/2014 10:36

Je crois que vous vous moquez de moi, mon cher monsieur, il ne s'agit pas seulement de se départir des vieilles habitudes - l'anarchisme n'est pas à ma connaissance un nihilisme - il s'agit dans la foulée d'installer de nouvelles habitudes que vous édictez d'ailleurs plus haut et dans lesquelles on trouve des préceptes, des interdictions, de la morale aussi qui gouverneront le peuple (mais on ne sait toujours pas COMMENT vous ferez, ça ça tient du miracle, à moins que vous en veniez à nous parler de "lois naturelles" qui s'imposent de fait, ou tombées du ciel selon d'autres obédiences").

Balthazar 28/05/2014 11:54

Cher Lucas, si la raison devait l'emporter alors oui, l'anarchie serait répandue, mais la raison est très très éloignée de nos sociétés. Enfin... c'est mon sentiment. Les codes que nous proposons changent tout, modifient nos prismes ordinaires, et j'admets qu'il soit difficile de se départir des vieilles habitudes dans lesquelles nous pataugeons depuis des millénaires. Il n'y a pas de bréviaire, il n'y a que la liberté. Et c'est l'individu qui prime, pas les moutons. L'un des premiers anarchistes, Jésus, proposait cette folie qui aurait changé le monde " aimez vos ennemis". AIMEZ VOS ENNEMIS ! Vous imaginez ce que le monde serait devenu ?

Balthazar 28/05/2014 09:06

Cher Lucs, il existe bien des réponses piossibles, par exemple la suppression de l'argent ! Plus de convoitise ! Mais j'avoue que cette formule est un peu utopiste. Il existe une autre façon qui a été imaginé par l'économiste par Bernard Friot :
https://www.youtube.com/watch?v=sIaDmbJ0fTU

lucas 29/05/2014 11:10

Balthazar,
Je me permets de retranscrire le bout de discussion qui est sur Facebook et qui manque ici :

Balthazar a dit :
------------------------------------
"Nous n'imposerons pas, cette idée s'imposera d'elle-même cher Lucas. Lorsque les gens en auront assez d'être tondus et méprisés." Puis : "La structure s'appelle la démocratie participative et la commune".
Puis balthazar a cité deux exemples de "communes" en Espagne, La Ruesta et Marinaleda :
http://nefacmtl.blogspot.fr/2008/05/espagne-un-village-autogr-par-des.html
http://www.legrandsoir.info/Marinaleda-un-modele-d-auto-gestion-unique-en-Europe.html

Puis Lucas a dit :
-----------------------------------------
"Merci pour ces exemples. Enfin la "preuve par le fait" au lieu de la "propagande par le fait". Personnellement, c'est que j'attendais de votre exposé, me voici enfin contenté.

Cependant je reviens sur l'argumentaire édifiant que vous exposiez plus haut :

"Nous n'imposerons pas, cette idée s'imposera d'elle-même cher Lucas. Lorsque les gens en auront assez d'être tondus et méprisés."

J'en conclus qu'à vos yeux il n'y a pas d'alternative possible à l'anarchisme. En une phrase : "Y'a que nous qu'on a raison". N'est-ce pas là un propos doctrinaire ? Je vous laisse à réfléchir le sujet suivant : le jour où tout le monde sera d'accord avec vous, pourra-on encore parler de démocratie puisqu'il n'y aura pas d'alternative justement ? Ne serons-nous pas de mêmes moutons ânonnant le même bréviaire anarchiste gentiment appris à l'école ?"

lucas 28/05/2014 09:41

Oh vous feignez de comprendre ma question, comme c'est charmant !
J'insiste donc : vous êtes anarchistes, quelle structure utilisez-vous pour instaurer et garantir "l’égalité sociale, économique de tous les individus", c'est-à-dire dans l'exemple de Bernard Friot, comment mettez-vous en place la "Caisse d'allocations de revenus" que vous voudriez voir à l'échelle du monde d'ailleurs ?

Je vois très bien l'idée sur le papier (c'est toujours très beau sur le papier) mais COMMENT l'imposez-vous à tous, cette idée ?

Balthazar 28/05/2014 09:09

Je corrige : possibles et non "piossibles", imaginée et non "imaginé"

lucas 28/05/2014 07:49

Bien le bonjour messieurs les anarchistes,
Votre exposé manque à mes yeux de "comment".
A titre d'exemple, comment comptez-vous garantir "l’égalité sociale, économique de tous les individus" sans utiliser de moyens coercitifs pour ce faire ?

Présentation

  • : Les archives de Sapristi Balthazar sur l'ancien blog (over-blog)
  • : Allez sur http://sapristi-balthazar.blogspot.fr/
  • Contact