Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 février 2014 4 20 /02 /février /2014 06:10
Chroniques noires à Thouars (10)

En attendant la sortie, en fin mars prochain, des "Chroniques Noires à Thouars" aux Editions Geste, livre qui regroupera cinq affaires anarchos-policières voici une galerie de personnages, croisés au fil de ces récits. Personnages humbles ou arrogants.

Aujourd'hui, celui sans qui rien ne serait résolu : Louis Grandclerc.

En voilà un qui compte au fil de ces cinq histoires. Il apparaît vers la fin, quand l'intrigue devient inextricable. Il appelle Balthazar et lui demande de venir le voir dans son modeste et propret pavillon, derrière la gare de Thouars. Et d'une manière inattendue il offre la solution du problème, et parfois même de façon involontaire. C'est une contrainte que s'impose l'auteur.

C'est un vieil homme en pantoufles qui n'aime pas la police ( encore un !) : "parce que, vous savez, la police elle est venue me chercher en 1943, alors..." Mais il lui est arrivé de trinquer avec l'inspecteur Legrandu (celui qu'on aime bien).

extraits :

"Quand tout fut fini, Legrandu, Gandclerc, Karantec , Caraboc et Balthazar allèrent trinquer tous les cinq au café des arts. En une seule journée cette enquête, qui piétinait depuis des mois, fut résolue grâce à l’intelligence conjuguée de ces cinq- là , et grâce aussi à un heureux enchaînement des évènements.

_ Quand les hommes de bonne volonté se donnent la main, ils peuvent déplacer des montagnes ! proclama doctement Karantec.

_ Vous avez raison mon ami et c’est la première fois que je trinque, avec grand plaisir, avec un flic, dit Grandclerc en choquant son verre sur celui de Legrandu.

Tous souriaient. Les libations débutaient."

On verra qu'il a toujours été un homme digne et courageux. Il est doux, il connait tous les secrets de Thouars. Et puis il n'est pas regardant quand il s'agit de remplir un verre, rien que ça en fait un bon compagnon.

extrait

"C’était l’une de ces maisons bâties dans les quartiers nord de Thouars, derrière la gare, à la grande époque du rail. Un petit pavillon en pierre avec un jardinet à légumes derrière, et un parterre à roses devant. Sous la poignée de la sonnette un panneau : « attention au chien ». Et une petite plaque de cuivre gravée au nom du propriétaire : Louis Grandclerc.

_ Y a pas de chien avertit le propriétaire. C’est pour faire peur.

_ Faire peur à qui ? Demanda Balthazar.

_ Je ne sais pas, répondit Louis Grandclerc. Entrez. Vous buvez quelque chose je suppose ?"

La maison de Louis Grandclerc ( dans le livre les 200 dessins seront en noir et blanc)

La maison de Louis Grandclerc ( dans le livre les 200 dessins seront en noir et blanc)

Quand tout fut fini, Legrandu, Gandclerc, Karantec , Caraboc et Balthazar allèrent trinquer tous les cinq au café des arts.

Quand tout fut fini, Legrandu, Gandclerc, Karantec , Caraboc et Balthazar allèrent trinquer tous les cinq au café des arts.

Partager cet article

Repost 0
Published by Balthazar Forcalquier - dans chroniques noires
commenter cet article

commentaires

djbosstoo 20/02/2014 22:13

Bonsoir Balthazar!!!
je suis fan de tes chroniques noires, je suis impatient de me plonger dans l'ouvrage!!!
et j'aime particulièrement le tableau où les 5 protagonistes trinquent aux arts...il est magnifiquement joyeux...
(ce tableau sera-t-il dans le livre?)
djbosstoo

Balthazar 21/02/2014 07:54

Cher Djbosstoo

mille mercis de ces encouragements. En effet tous les dessins de cette rubrique seront dans le livre, en noir et blanc. Il est rare de voir un sourire sur ces faces.

Présentation

  • : Les archives de Sapristi Balthazar sur l'ancien blog (over-blog)
  • : Allez sur http://sapristi-balthazar.blogspot.fr/
  • Contact