Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 novembre 2014 1 10 /11 /novembre /2014 02:38

ATTENTION

à partir de ce lundi le blog est à cette adresse

http://sapristi-balthazar.blogspot.fr/

Published by Balthazar Forcalquier
commenter cet article
9 novembre 2014 7 09 /11 /novembre /2014 04:45

Je n'ai pas eu mon diplôme de paresseux : j'ai été recalé à l'épreuve de la sieste 

(Balthazar Forcalquier)

La phrase romanesque
Published by Balthazar Forcalquier
commenter cet article
8 novembre 2014 6 08 /11 /novembre /2014 05:39

Le mariage est un oui clos

(Tof)

Published by Balthazar Forcalquier - dans L'aphorisme de la semaine
commenter cet article
8 novembre 2014 6 08 /11 /novembre /2014 04:37

ATTENTION

à partir de ce lundi le blog est à cette adresse

http://sapristi-balthazar.blogspot.fr/

Published by Balthazar Forcalquier
commenter cet article
7 novembre 2014 5 07 /11 /novembre /2014 04:32
Published by Balthazar Forcalquier - dans vidéo
commenter cet article
7 novembre 2014 5 07 /11 /novembre /2014 03:56

ATTENTION

à partir de ce lundi le blog est à cette adresse

http://sapristi-balthazar.blogspot.fr/

Published by Balthazar Forcalquier
commenter cet article
6 novembre 2014 4 06 /11 /novembre /2014 05:00

Certes la vie de Marcel Grasmifle n'était pas réjouissante. Tous les jours de la semaine il se levait tôt pour filer vers l'abattoir municipal où il nettoyait, à longueur d'année, les viscères chaudes des bovins. Avec le temps le remugle du sous-sol où il opérait imprégna sa peau. Marcel puait. Marcel était méprisé. Marcel était seul, sa femme ayant préféré les doigts agiles du tueur dans le même abattoir. Néanmoins, il existait une période dans l'année, durant laquelle Marcel devenait un pur héros, un grand monsieur, un personnage dont chacun cherchait la précieuse amitié. Le croiriez-vous, Marcel était alors courtisé, et par les notables même de la ville qui lui donnaient du " cher ami" du "passez donc prendre un verre"?

Car Marcel était un champion de la cueillette des champignons. L'automne était sa saison divine. Les cèpes les plus rares, les morilles, les truffes, la sublime et rare oronge des césars : il savait tout de leurs mystères et des caches... Il connaissait les halliers secrets. Il était généreux. Il donnait volontiers ses paniers merveilleux... Et le gel venu il retombait dans sa solitude et sa puanteur. Son caractère était doux. Il n'en voulut jamais à personne. Il se contentait de ces quelques semaines de belle vie pour supporter les mois atroces.

Il ne connaissait pas Sénèque mais il aurait sans doute rougi en écoutant ce sage précepte : " le pauvre n'est pas celui qui a peu, mais celui qui n'a jamais assez". Marcel avait juste assez pour ne pas mourir de honte.

Voilà c'est tout.

Photo de mariage ( dessin de Louie Travis)

Photo de mariage ( dessin de Louie Travis)

Published by Balthazar Forcalquier - dans contes express
commenter cet article
5 novembre 2014 3 05 /11 /novembre /2014 04:42

Il reste encore tout ce prochain long week-end pour aller voir une exposition qui offre une gracieuse balade. La nature est à portée de vue.

A force de voir on ne regarde plus. Le grand mérite du photographe est d'appuyer là où cela fait du bien. Lorsqu'il traque la nature, somme toute, il ne fait que nous mettre sous les yeux ce que nous savons déjà. Oui... sauf que le charme opère alors avec une force sensible.

Au club photos de Vrines (Sainte-Radegonde), ils sont une cinquantaine d'adhérents. Ils ont rassemblé quelques 120 images sur un thème qui, il faut bien le dire, n'était pas d'emblée d'une folle originalité : " regards sur la nature". Et pourtant !

Le visiteur y puise un plaisir tout neuf, lavé de frais. Au fond du jardin, une brassée de prêles devient soudain une intrigante forêt paléolithique, un amas d'ombelles si communes est une tendre et savante construction que le moindre souffle va anéantir, le gouffre de Paridac se métamorphose en un monde de coulées minérales et de mousse qui juxtapose l'ivoire de la pierre et le vert céladon des profondeurs impeccables.

Ces "regards sur la nature" transforment l'ordinaire en extraordinaire, et ce n'est pas le moindre mérite de ces amateurs doués que de le révéler.

A Thouars la banale table de pique-nique sur la prairie des Ursulines abandonnée à l'automne, et à la solitude, traduit une expression d'une mélancolie soudaine ; a contrario un peloton d'escargots à l'assaut d'un poteau devient un élégant et cocasse clin d’œil. Reflets des flamands méditatifs, un vélo rouillé laissé au bord de la plage, un arbre noir sur une plaine de neige, la cascade de Pommier figée de glace dans son carcan de rocs acérés, toutes ces photos racontent des choses simples qui viennent tirer notre curiosité par la manche et nous murmurer que tout cela est là, dehors, à portée de vue. Si le rôle des créateurs est de nous révéler les choses palpitantes derrière le voile de l'habitude, en ce sens ces amateurs sont d'authentiques artistes.

A voir ces 8, 9, 10 et 11 novembre de 10 à 12 h et de 14 à 19 h, dans la salle de réunion (au dessus de l'ancienne mairie de Vrines). Entrée gratuite.

 Expo photos : fenêtres grandes ouvertes sur la nature
 Expo photos : fenêtres grandes ouvertes sur la nature
 Expo photos : fenêtres grandes ouvertes sur la nature
 Expo photos : fenêtres grandes ouvertes sur la nature
 Expo photos : fenêtres grandes ouvertes sur la nature
 Expo photos : fenêtres grandes ouvertes sur la nature
 Expo photos : fenêtres grandes ouvertes sur la nature
Published by Balthazar Forcalquier - dans ici c'est mieux qu'ailleurs
commenter cet article
4 novembre 2014 2 04 /11 /novembre /2014 04:33

A Brie près de Thouars, vers une commune de plus en plus discrète.

De plus en plus clair
Published by Balthazar Forcalquier - dans ici c'est mieux qu'ailleurs
commenter cet article
3 novembre 2014 1 03 /11 /novembre /2014 05:04

Comme je filais plein ouest à Thouars, et que je suivais une bétaillère j'ai croisé le regard d'un bélier à travers les grilles de la remorque. Alors le camion a tourné à gauche vers l'abattoir. Moi je savais que le bélier partait vers la mort. Et j'ai eu pour lui une tristesse absolue. Et je me suis dit que, moi, je me savais mortel. Moi, je savais que j'allais mourir et que même si le véhicule qui m'emportait tournait aussi, je savais que cela aurait une fin. Et savez-vous cela fait un bien fou de le savoir.

Hier j'ai vu
Published by Balthazar Forcalquier - dans ici c'est mieux qu'ailleurs
commenter cet article

Présentation

  • : Les archives de Sapristi Balthazar sur l'ancien blog (over-blog)
  • : Allez sur http://sapristi-balthazar.blogspot.fr/
  • Contact